Montmélian : La surprise du chef

  • Montmélian : La surprise du chef
    Montmélian : La surprise du chef
Publié le , mis à jour

Après trois saisons difficiles en Fédérale 2, une saison en Fédérale 3 marquée par une qualification miraculeuse en huitième de finale, Montmélian a réussi une entame de championnat parfaite.

Dans la poule 3 de Fédérale 2, on attendait Vienne et sa troisième ligne hors norme pour le niveau - Grange, Bontinck, Guillot cumulent plus de 200 matchs en Top 14 et Pro D2 - Beaune, qui a récupéré beaucoup de Chalonnais et recruté l’ouvreur Jeandre Fourie en provenance de Mâcon, ou des outsiders comme Annecy et Saint-Savin, deux valeurs sûres.

Mais après trois journées, c’est Montmélian qui trône en tête de la poule, avec un total de quatorze points récoltés sur quinze possibles. Et la surprise est de taille, y compris pour le staff. « Oui c’est surprenant, reconnaît, dans un sourire, Fabrice Morel. Pendant deux saisons, on s’est sauvé de justesse en Fédérale 2. En 2015, on est relégué en Fédérale 3. Et au printemps dernier, au premier tour, contre Nantua, on se qualifie aux tirs aux buts… » Les épreuves endurées ces dernières années semblent avoir bonifié une jeunesse alpine longtemps orpheline des départs de ses glorieux anciens, les frères Forest, Mickaël et Anthony, ou encore Denis Lison. Elle a grandi, et elle ne veut plus revivre les galères passées. « La descente a peut-être été un mal pour un bien, analyse l’entraîneur. Nous avons gardé quasiment tout l’effectif et su rebondir tout de suite. On surfe sur la vague. Et on récolte aussi le fruit travail effectué par Ludovic Mollinié pendant trois saisons, dans une période galère. »

 

Ajustement tactiques

 

Le staff a également su procéder à des ajustements tactiques réussis. L’ouvreur, Thomas Stienne, glisse parfois au poste de premier centre, le centre, Aymeric Tredille s’est reconverti, en numéro_8 et le deuxième ligne Gatta-Doré tient maintenant le poste de pilier droit. L’équipe a également bénéficié d’un calendrier plutôt favorable, et n’a pas encore croisé la route de cadors. Ses trois adversaires du début de saison, Le Creusot, Villefranche et Meyzieu, ne faisaient pas partie des favoris. Mais il n’est pas question de faire la fine bouche. « Une hirondelle ne fait pas le printemps mais ce qui est pris n’est plus à prendre, rappelle Fabrice Morel. On ne s’emballe pas et on vise toujours le maintien. Les trois prochains matchs peuvent nous remettre à notre place, même si je ne sais pas forcément quelle est notre place ! » Avec un derby à Rumilly, la réception de Vienne, et un voyage à Saint-Savin, le promu pourrait en terminer avec son état de grâce. Mais personne n’est vraiment inquiet. « Le plus satisfaisant est notre organisation défensive, conclut Fabrice Morel. Sur la ligne de front, les joueurs y font fort. La défense, c’est surtout mental. Et notre capacité à défendre reflète l’état d’esprit de ce groupe qui ne veut rien lâcher. » Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?