Smith, au centre des attentions

  • Smith, au centre des attentions
    Smith, au centre des attentions
Publié le , mis à jour

Simon Mannix compte sur son indispensable All Black pour renouer avec la victoire.

À Pau, le début de semaine a été quelque peu difficile. La défaite face à Bordeaux-Bègles a laissé des traces. « Pourtant, dès samedi soir, Simon (Mannix, N.D.L.R.) nous a demandé de relever la tête et nous projeter directement sur Lyon », nous glissait ce mercredi l’une des très grosses satisfactions du début de la saison, l’arrière Charly Malié qui s’installe petit à petit dans un rôle de titulaire. « Je ressens la confiance du staff et puis quand tu joues avec Colin Slade et Conrad Smith à tes côtés, tu n’as pas envie de les décevoir. Inconsciemment ou pas, même aux entraînements, tu élèves ton niveau et ta concentration », explicitait-il.

Et une nouvelle fois, le sujet rugbystique dérive sur la présence ou pas de Conrad Smith. Pourtant, à Grenoble, les Béarnais ont démontré qu’ils pouvaient l’emporter sans leur indispensable trois-quarts centre mais ce dernier, ennuyé depuis quinze jours par une gêne musculaire à une cuisse, était au centre de toutes les attentions. Le manager Simon Mannix compte l’aligner à Lyon pour tenter de rattraper le faux pas du week-end dernier. Le Néo-Zélandais ne veut pas avoir pour simple ambition le maintien en Top 14 et entend que sa formation rivalise avec tout le monde ou presque, même loin de ses bases. « Dans ses propos, il ne se focalise pas du tout sur notre classement mais plutôt sur notre propre performance. Du coup, on ne regarde ni vers le haut, ni vers le bas mais seulement le match suivant », témoignait l’ancien arrière de Béziers, passé par Montauban. Alors que dit-il des prestations de ses avants, qui handicapent une ligne de trois-quarts aussi prometteuse qu’équilibrée ?

Le facteur X Palois

« Il n’y a pas les avants d’un côté et nous de l’autre. Nous sommes tous dans le même bateau. Ce que je peux dire, c’est que, comme nous, les « gros » travaillent énormément », répondait de manière très lisse Malié. Alors si, cette semaine, l’inconnu de la présence ou pas de Conrad Smith était le dossier numéro un à Pau (une décision devrait être prise ce vendredi mais l’optimisme semblait prévaloir), la future tenue en mêlée des avants palois était aussi dans toutes les conversations. Pour que Smith et ses « boys » puissent s’exprimer, ils ont besoin d’avoir des ballons propres et ne plus se contenter de miettes. Mannix a composé sa ligne de trois-quarts autour de lui, même si depuis deux matchs son compatriote Tom Taylor a démontré qu’il était plus qu’une doublure, parce que ce Néo-Zélandais, véritable régulateur du jeu de Pau, et figure de proue du club est le véritable facteur X.

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?