Wigan taille patron

  • Wigan taille patron
    Wigan taille patron
Publié le

Plus discipliné, plus rigoureux et plus réaliste, Wigan a été logiquement sacré face à Warrington qui échoue pour la troisième de son histoire en finale.

Double finaliste en 2014 et 2015 face à St Helens et Leeds, Wigan ne s’est pas pris les pieds dans le tapis pour la troisième fois d’affilée. Samedi soir, à Old Trafford, sous le regard de plus de 70 000 spectateurs, les Wiganers ont décroché leur quatrième Super League de leur histoire. Le deuxième du Super 8 a pris le meilleur sur le leader. En cette saison 2016, Warrington est vraiment maudit. Lors de la phase qualificative, les Loups ont fait la course en tête. Tout au long de la saison, ils ont porté le maillot jaune. Malheureusement, ils n’ont pas décroché le moindre trophée. Vaincus un mois plus tôt en finale de la Cup à Wembley face à Hull FC (10-12), ils ont connu le même sort à Manchester. Encore une fois, le chiffre 12 a été celui du malheur pour Warrington, vaincu 12 à 6. Après le double échec en 2012 et 2013 face à Leeds et Wigan (tiens, tiens), Warrington devra encore patienter avant de décrocher sa première Super League, le seul titre majeur qui manque à son glorieux palmarès. Warrington a buté sur la dernière marche. Or, samedi soir, le leader de la Super League n’a pas réussi à mettre en place, le jeu qu’il affectionne, fait de passes, de puissance et de vitesse. Les éléments moteurs de cette équipe (Stefan Ratchford, Tom Lineham, Ryan Atkins et Joe Westerman) n’ont pas été à la hauteur de leur réputation, trop frileux dans leurs intentions de jeu. Celui qui a tiré sa formation vers le haut c’est le demi de mêlée, Decla Patton. à la 20e minute, au ras du tenu d’une double feinte de passe, il a permis aux siens d’avoir les faveurs du tableau d’affichage (6-2). Warrington semblait pourtant avoir la mainmise sur la rencontre. Or, cette euphorie ne fut que passagère. Les Loups ont en effet été dans l’incapacité d’enfoncer le clou. à la pause, ce score de 6 à 2 faisait bien les affaires de Wigan.

 

Matty Smith, le magicien de Wigan

Au changement de côté, ce sont les Wiganers qui ont pris cette finale à leur compte. Petit à petit, l’équipe de Shaun Wane a monopolisé la possession de balles et enchaîné les tenus, obligeant son adversaire à défendre. Avant l’heure de jeu, le centre Oliver Gildard a remis les pendules à l’heure (6-6). Dans le dernier quart d’heure, le magicien de Wigan fut le demi de mêlée, Matty Smith. à la 63e minute, il délivre une passe au pied qui aboutit à l’essai victorieux de son ailier Josh Charnley (10-6). à sept minutes du terme, une ultime pénalité réègle le sort de Warrington. Wigan devient ainsi le lauréat 2016 pour le plus grand plaisir de son entraîneur Shaun Wane : « Nous avons été en forme au bon moment. L’équipe a trouvé ses repères en fin de saison. Sur cette finale, notre victoire est très logique. Personnellement, ce qui me comble, c’est d’avoir aligné dix joueurs issus de notre centre de formation. »

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?