L’année du renouveau

  • L’année du renouveau
    L’année du renouveau
Publié le , mis à jour

Augmentation du budget et nouvelle organisation sportive : les Rennais se sont lancés dans une nouvelle dynamique. Pour l’instant, ça fonctionne.

La défaite à Orléans avec le point de bonus défensif (29-22), et la victoire obtenue sur le terrain du Rheu (20-24), ont confirmé le renouveau rennais. Ce club habitué à faire le yoyo durant ces dix dernières années, qui montait en Fédérale 2 pour mieux en redescendre, et dont la place avait été sauvée la saison dernière seulement par les voies administratives, a sans doute franchi un cap. C’est ce que disent ces deux premiers résultats, quand on les associe aux mouvements observés durant l’intersaison. Le plus notable d’entre eux : le retour de Yann Moison. L’homme de Trignac, arrivé en Bretagne par Rennes, puis passé par Le Rheu, dont il fait grandir le projet sportif jusqu’en Fédérale 2, avait rebroussé son chemin après sept ans de réussite sur fond de désaccord. Lui voulait la fusion des deux clubs, les dirigeants rheusois la refusaient. Il avait pris la porte de lui-même pour faire son retour en face. Son retour sur le banc du Rheu sous le maillot rennais a créé un petit évènement auquel ont assisté 1 200 spectateurs. Dans l’équipe dirigeante, l’arrivée du chef d’entreprise Jean-Marc Trihan dans le comité de direction, a débloqué la capacité du club à regrouper des nouveaux partenaires. à peu près 100 000 euros d’augmentation de budget ont été enregistrés. La coïncidence de cette augmentation des moyens et du retour de Moison, a créé une synergie sportive positive.

Reprise début août

Pour cette équipe de tradition universitaire, dont la moyenne d’âge est souvent assez jeune, la première grosse évolution impulsée par Moison a été d’imposer une reprise d’activité rapide. Le 2 août, les 27 joueurs « conventionnés », dont le statut a été amélioré par l’augmentation des moyens, se sont retrouvés sur le pré. Ils ont enchaîné quatre séances de rugby hebdomadaire. Ils en ont conservé trois depuis la reprise. Les deux préparateurs physiques que Moison s’est adjoint leur rajoutent trois séances de musculation. Une séance de travail spécifique au poste est également au programme. « Je ne crois qu’au travail », répète toujours le manager, qui a enrichi son groupe par des arrivées ciblées. Rennes manquait d’ouvreur. Trois ont été recrutés. L’arrière et buteur Jean Forgues, qui a fait les belles heures du Rheu, a suivi son entraîneur. Les quatorze points inscrits contre Le Rheu ont largement contribué au succès, qui a mis fin à une longue période d’invincibilité du Rheu sur son terrain. Gaëtan Béraud, le troisième ligne et ancien capitaine des espoirs de Pau - une feuille de Top 14 contre Brive - a mis un peu d’expérience dans ce groupe dont le noyau dur est constitué d’une vingtaine de ceux qui avaient connu la descente la saison dernière, avant le repêchage. « Il y a beaucoup d’envie, et la confiance se fait petit à petit, observe Yann Moison. C’est bien, car notre début de championnat est difficile, puisque nous nous déplaçons quatre fois lors des cinq premiers matchs. » Dimanche, les Rennais iront se tester à Chartres, avant de recevoir Niort, et d’aller à Gennevilliers. Voilà trois gros matchs contre trois équipes « qui seront sur le podium », pense Moison, et qui diront à quel point ce renouveau pourra positionner un peu mieux Rennes dans la hiérarchie de la division.

Par Guillaume CYPRIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?