Oyonnax à un tournant

  • Oyonnax à un tournant
    Oyonnax à un tournant
Publié le

Présenté comme le favori en Pro D2, le club de l’Ain a connu un début de saison plutôt compliqué. Il jouera déjà gros face à Montauban.

À une majorité presque absolue les entraineurs de Pro D2 avaient fait de l’US Oyonnax le grand favori de la compétition mais après six journées l’ancien pensionnaire du Top 14 pointe au neuvième rang, à égalité de points avec Vannes, promu de Fédérale 1. On peut avancer diverses explications à ce début de parcours plutôt compliqué et pour le moins décevant. La première pourrait tenir à une difficulté à évacuer le traumatisme causé par le retour en Pro D2 après trois saisons passées au niveau supérieur. Agen, l’autre relégué, a également connu quelques petits problèmes de mise en route.  Mais l’argument a du mal à tenir quand on sait que le groupe du Haut-Bugey a été renouvelé à près de 50%. C’est plutôt dans cette direction qu’il convient de chercher la principale cause de ce bilan très mitigé, et juste équilibré, présenté après six rencontres : 13 points en ayant disputé trois rencontres à Mathon. Il est évident qu’avec un tel turnover trouver les bons automatismes requiert un minimum de temps. Du côté de l’Ain, sans chercher d’excuses, on peut aussi mettre en avant une longue liste de blessures. L’ouvreur Christopher Ruiz (élongation) n’a pas encore disputé un seul match, le 2ème ligne Jamie Cudmore (main cassée) n’a pu faire peser son expérience que lors de l’unique confrontation inaugurale face à Soyaux-Angoulème. Des joueurs comme le centre Hansell-Pune, le 2ème ligne Mickael De Marco sont également indisponibles.

 

De l'indiscpline et un potentiel offensif à exprimer

Indéniablement l’équipe de l’Ain a pâti de ces deux paramètres du changement et des absences. Sa cohésion en a souffert et dans la difficulté elle a plus eu tendance à se tourner vers des solutions individuelles que collectives avec pour conséquence directe une multiplication des fautes. Oyonnax est ainsi (derrière Biarritz) la deuxième équipe la plus sanctionnée (9 cartons jaunes). Il n’en reste pas moins que l’équipe de l’Ain a donné une idée de son potentiel offensif en pointant quinze essais lors de ses cinq premières matchs. Mais la moyenne a chuté lors de la dernière journée. Dans le jeu offensif, Oyonnax a rendu une copie vierge lors de son voyage à Perpignan. « Nous ramenons un point sans avoir su mettre en place notre jeu. Faute d’engagement, nous avons abandonné la possession du ballon » souligne Johann Authier. Le responsable sportif oyonnaxien sait qu’il va falloir régler tous ces problèmes dès ce vendredi face à Montauban. Oyonnax, déjà battu sur ses terres par Colomiers,  a grillé son joker et se retrouve à un tournant. Face aux Montalbanais, l’objectif sera bien sûr de vaincre, pour répondre à des impératifs comptables, mais il sera tout autant nécessaire de convaincre en retrouvant de la cohésion, de l’engagement, en faisant preuve de solidité et de discipline.  Oyonnax doit enfin franchir ce cap. Mais bien négocier ce virage dangereux ne suffira pas. Avec à venir un déplacement à Albi et surtout les réceptions successives d’Agen et Aurillac, les deux équipes qui font la course en tête, inscrire la performance dans la continuité s’impose comme une impérieuse nécessité. A ce prix, les six points qui séparent le club de l’Ain des premières places qui lui semblaient promises pourraient vite être gommés.

 

Par Jean-Pierre Dunand

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?