Paris, les valises pleines

  • Paris, les valises pleines
    Paris, les valises pleines
Publié le , mis à jour

Le Stade français, totalement dépassé par la vitesse et l’agressivité des Harlequins, a subi d’entrée une lourde défaite à Londres (43-21). De quoi s’interroger sur la suite à donner à cette compétition...

Le résumé du match

De prime abord, les Harlequins, n’ont toujours pas digéré la défaite en finale de cette même Challenge Cup l’an passé face à Montpellier. A la simple lueur de leur détermination et de leur agressivité en début de rencontre, on pouvait sentir encore le poids de la frustration. Et pour cette défaite face à un club français, c’est le Stade français qui a payé en ce début de millésime 2016/2017. Une lourde défaite pour les joueurs de la capitale qui ambitionnaient en amont de la rencontre de « réussir un coup », dixit le directeur sportif Gonzalo Quesada. Las, il n’aura pas fallu attendre longtemps pour comprendre que l’objectif parisien serait difficile à atteindre. Vingt minutes de jeu, trois essais et déjà 19 points d’écart au tableau d’affichage en faveur des Londoniens, l'affaire était entendue. Difficile de faire plus révélateur d’un début de rencontre totalement raté des stadistes. Sur chaque impact, les Parisiens n’ont eu de cesse de reculer face à la densité des « Quins ». Surtout, la maladresse des soldats rose a tranché avec la précision chirurgicale de chacune des offensives des joueurs de John Kingston. Seul un coup de pied dévissé de Yarde a finalement permis au Stade français d’inscrire un essai grâce aux pattes de Macalou (32e, 19-7). A contrario, tout a souri à l’inimitable Joe Marler, auteur du premier essai dès la 4e minute, et ses partenaires. Au total, les Harlequins ont inscrits sept essais, dont cinq en première mi-temps, contre trois seulement pour les parisiens. Un écart de point synonyme de bonus offensif pour les Londoniens. En revanche, pour le Stade français, c’est un zéro pointé, tant d’un point de vue comptable, que sur le plan des enseignements à tirer.

La fiche technique

Twickenham Stoop (Londres) - Jeudi 20 h 45 - Spectateurs :  11 820. Arbitre : M. Whitehouse - Galles.

Harlequins : 7E J. Marler (5e), J. Marchant (17e), T. Visser (21e, 58e), J. Chisholm (35e, 40e), M. Yarde (78e) ; 4T T. Swiel (5e, 21e, 35e), R. Jackson (78e).

Stade français : 3E S. Macalou (32e), C. Daguin (61e), W. Alberts (69e) ; 3T J. Plisson (32e, 61e, 69e).

Harlequins > 15. M. Brown ; 14. M. Yarde, 13. J. Marchant, 12. J. Roberts (23. W. Stanley 69e), 11. T. Visser ; 10. T. Swiel (22. R. Jackson 55e), 9. K. Dickson (21. C. Mulchrone 76e) ; 7. L. Wallace (20. M. Luamanu 62e), 8. J. Chisholm, 6. C. Robshaw ; 5. J. Horwill (cap.), 4. G. Merrick (19. S. Twomey 12e) ; 3. W. Collier (18. A. Jones 72e), 2. R. Buchanan (16. J. Gray 55e), 1. J. Marler (17. O. Evans 58e-62e).

Stade français > 15. D. Camara (23. T. Millet 46e) ; 14. W. Vuidravuwalu, 13. P. Williams, 12. M. Bosman, 11. J. Sinzelle (22. P. Gabrillagues 64e) ; 10. J. Plisson, 9. C. Daguin (21. A. Coville 61e) ; 7. R. Lakafia, 8. S. Parisse, 6. S. Macalou (20. W. Alberts 47e) ; 5. P. Papé (cap.), 4. H. Pyle (19. M. De Giovanni 52e) ; 3. R. Slimani (18. G. Melikidze 61e), 2. C. Burden (16. R. Bonfils 50e), 1. S. Taulafo (17. Z. Zhvania 40e).

Les buteurs R. Jackson : 1T/2 ; T. Swiel : 3T/5. J. Plisson : 3T/3.

 

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?