Les Saracens éteignent Mayol

  • Les Saracens éteignent Mayol
    Les Saracens éteignent Mayol
Publié le , mis à jour

Méconnaissables en première période, les Toulonnais laissent échapper un succès précieux face aux Saracens et voient la qualification pour les quarts de finale s'éloigner.

Résumé de la rencontre

Comment les Toulonnais ont-ils pu bafouer leur rugby pendant cinquante minutes, pour finalement échouer à quelques riens des Saracens ? Méconnaissables pendant le premier acte, les Rouge et Noir ont donné le bâton pour se faire battre. Le ballon échappé par Duane Vermeulen sur le coup d'envoi donnait le ton d'une première période que les Toulonnais ne maîtriseront jamais vraiment. Trois essais encaissés (Maitland 9e, Wigglesworth 14e, Wyles 39e), des trous d'airs surprenants laissés en défense et des défaillances collectives comme individuelles. Les Toulonnais rentraient aux vestiaires les têtes dans les chaussettes, avec un déficit de dix-neuf points (6-25). La deuxième période ? Ce ne seront pas les mêmes Toulonnais qui entreront sur la pelouse. En furie pendant plus de vingt minutes (entre la 50e et la 70e) les joueurs de Diego Dominguez entrapercevront même la victoire à la 63e, lorsque Bryan Habana inscrira le deuxième essai varois (après celui en force de Levan Chilachava à la 55e). Mais ils ne reviendront finalement jamais à la hauteur des Saracens et laisseront même échapper le bonus sur une pénalité d'Owen Farrell (79e). Plus forts dans la majeure partie de la rencontre, les Anglais rentrent, fort logiquement, avec les quatre points de la victoire.

 

L'essai de la rencontre – Chris Wyles (39e)

S'il a eu un impact considérable et a définitivement fait basculer la rencontre (voir tournant), l'essai inscrit par Chris Wyles est un modèle d'essai collectif. A l'origine ? Une percée du pilier gauche Billy Vunipola qui, d'un superbe offload servait Owen Farrell qui trouvait Marcelo Bosch. Un temps de jeu plus tard Maro Itoje envoyait le cuir à son ailier Chris Wyles qui finissait parfaitement l'action.

 

Le joueur de la rencontre – Ma'a Nonu

Le retour de Ma'a Nonu devait apporter de la fraîcheur et du liant à la ligne de trois-quart toulonnaise. Il n'en fut rien. Pire encore, le double champion du monde a précipité la chute des Rouge et Noir. Pas dans le rythme, Ma'a Nonu s'est notamment illustré par deux jeux au pied plus qu'approximatifs à la demi-heure de jeu. Le premier annihilait une action d'essai toulonnaise, quand le deuxième était tout simplement à l'origine du deuxième essai des Saries. Pire encore, le centre All Blacks s'illustrait au retour des vestiaires par un plaquage cathédrale sur le capitaine des Saracens, Brad Barritt, qui lui valait un carton jaune. Match à oublier pour Ma'a Nonu et le RCT.

 

Le tournant de la rencontre

Mayol était déjà dans le dur, Chris Wyles a fini par l'éteindre. Après une première mi-temps catastrophique, les Toulonnais encaissaient un troisième essai en quarante minutes et voyait les Saracens rentrer avec un cinglant + dix-neuf à la mi-temps. Les Toulonnais ne reviendront jamais et leur qualification pour le prochain tour de la compétition semble avoir déjà pris du plomb dans l'aile.

 

Les meilleurs : à Toulon:  Manoa, Vermeulen ;

Aux Saracens : Farrell, Itoje, Burger, Wigglesworth, Maitland

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti à Toulon

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?