Le Connacht, au bout du suspense

  • Le Connacht, au bout du suspense
    Le Connacht, au bout du suspense
Publié le

Ultra-dominés en mêlée, les hommes de Pat Lam se sont reposés sur leur jeu de mouvement pour épuiser la défense toulousaine, et finalement porter l'estocade dans les derniers instants (23-21). Le Stade, qui tenait la victoire en main, ne manquera pas de le regretter...

LE MATCH

Au terme d'une opposition de style plaisante à regarder, le Stade toulousain s'est logiquement incliné pour avoir su faire valoir sa puissance supérieure, peut-être trop éclatante d'ailleurs dans l'exercice de la mêlée fermée. En effet, si la puissance pure des Stadistes leur a longtemps permis d'effectuer la course en tête (à l'image des deux essais inscrits juste avant la mi-temps qui brisèrent le moral des Irlandais), les Irlandais ont fait valoir d'extraordinaires qualités de vitesse et de justesse balle en main. Lesquelles ont fini, à l'usure, par faire la différence. L'essai de l'extraordinaire centre Bundee Aki n'ayant au final été que la conséquence logique d'une partie où, pour s'être trop reposés sur leur mêlée et leur défense, les Toulousains se sont finalement faits prendre à leur propre piège.

 

LE TOURNANT

Impossible de ne pas mentionner l'échec de Sébastien Bézy, 22 mètres face aux poteaux, qui aurait pu (dû) donner treize points d'avance au Stade à la 54e minute. Certes, il peut paraître discutable d'incriminer un seul joueur, d'autant que son vis-à-vis Jack carty n'a guère été à l'aise dans l'exercice des tirs au but. Mais tout de même, ces trois points égarés manquent trop cruellement au finale pour ne pas être mentionnés, surtout qu'ils provoquèrent un énorme temps fort irlandais...

 

L'ACTION

Sur le renvoi suivant l'essai de David, les Toulousains amorçaient une contre-attaque à la fois bonifiée et gâchée par Tolofua, auteur d'une percée aussitôt suivie d'un en-avant. Mais sur l'avantage, clairement défavorable aux Irlandais (ces derniers reculant au bas mot d'une vingtaine de mètres...) M. Pearson ne jugeait pas bon de revenir à la faute initiale, au vu de la domination des Toulousains en mêlée fermée ! Une aubaine pour ces derniers qui, récupérant le ballon, surent une nouvelle fois le tenir sur soixante mètres pour permettre à Jean-Marc Doussain d'aplatir sous les poteaux l'essai du break. Comme quoi, même lorsque l'on ne pousse pas, une domination en mêlée n'est jamais vaine. Mais jamais suffisante non plus...

 

L'HOMME

L'homme du match fut sans conteste le centre du Connacht Bundee Aki, qui a prouvé au grand public que son titre de meilleur joueur du Pro 12 l'an dernier était loin d'être usurpé. D'abord  parce que celui-ci, même lorsque la défense toulousaine imposait sa pression, a toujours montré l'exemple, payant de sa personne sur l'essai de David, sans pour autant désarmer. Omniprésent sur les offensives des siens, Aki s'est ainsi fendu d'un exploit solitaire pour offrir la victoire au Connacht. Et légitimé un peu plus la place qui l'attend, pour le prochain Tournoi, au sein de l'équipe d'Irlande au nom de la sacro-sainte règles des trois ans de résidence...

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?