Paris Scuf, Madame la présidente !

  • Paris Scuf, Madame la présidente ! Paris Scuf, Madame la présidente !
    Paris Scuf, Madame la présidente !
Publié le , mis à jour

Anne Sampermans est devenue la première présidente du club fournisseur du Bouclier de Brennus.

Anne Sampermans est devenue la présidente du Scuf à l’intersaison. Elle n’est pas la première femme responsable en chef d’un club de rugby en Ile-de-France. Le plus grand comité de l’Hexagone en a déjà fourni quelques unes et certaines ont marqué leur fonction. Leur figure de proue reste sans doute encore à ce jour Marie-Thérèse Larousse, l’ancienne responsable de Pontault-Combault, dont la longévité et la réussite de maintenir un club solide en Fédérale 3, en ont fait une référence. Mais la singularité d’Anne Sampermans est de diriger l’un des plus vieux club de France - création en 1895 - et fournisseur du Bouclier de Brennus remis chaque saison au champion de France de première division. Le Scuf, c’est un emblème, et que ce club ait été confié à une femme, n’est pas neutre sur le plan symbolique. En interne, sa désignation par ses pairs dirigeants de succéder à Lionel Busson, devenu président de la section omnisports, a fait la part belle aux grandes influences qui ont maintenu ce club à flot, malgré le changement de paradigme du rugby d’autrefois vers le modernisme d’aujourd’hui.

« Fille de »

Anne Sempermans personnifie l’amateurisme scufiste dans sa dimension aristocratique et sa dimension familiale. Elle n’a jamais joué au rugby. Mais papa Daniel a été joueur avant de devenir dirigeant. Le frère Pierre y a été joueur. Elle a passé son enfance sur les bords du terrain. L’ancien président Michel Hospital, elle a sauté sur ses genoux et en connaît toute sa famille. Les fils de ce dernier sont éducateurs à ses côtés. Passée la période adolescente quand elle s’est écartée du chemin paternel, elle y est revenue dans un réflexe, quand le club a monté une section féminine il y a trois ans. « Je suis profondément marquée par le fonctionnement associatif, explique t-elle. Le club vécu comme une famille, avec ses bénévoles qui transmettent leur passion, c’est ma vision profonde du Scuf. C’est passionnant. »

Dirigeante des féminines, son engagement a dépassé le périmètre de sa fonction. Lionel Busson nommé à l’omnisports, tout le monde à approuvé sa nomination en tant que remplaçante. La voilà à la tête de l’une des plus vielles associations sportives parisiennes, avec cinquante-cinq personnes derrière elle et un club à maintenir en Fédérale 3. Sur les traces de Marie-Thérèse Larousse.

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?