Le Racing au ralenti

  • Le Racing au ralenti
    Le Racing au ralenti
Publié le , mis à jour

Pour leur première rencontre de la Champions Cup, les Racingmen se sont emmêlés les pinceaux dans le centre de l'Angleterre. Pris dans le combat et trop indisciplinés, les Franciliens n'ont jamais véritablement été en capacité de créer l'exploit face à de solides Tigers.

Leicester 27 - 17 Racing 92

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

Résumé de la rencontre

En difficulté loin de leur antre de Colombes (zéro succès en Top14), les Franciliens comptaient sur ce déplacement dans le centre de l'Angleterre pour débloquer leur compteur et retrouver de la confiance. Pour ça, ils pouvaient notamment compter sur les (tant attendus) retours de Dan Carter et Johan Goosen. Mais cueillis à froid d'entrée de jeu (voir tournant de la rencontre), les joueurs du duo Travers-Labit ne trouveront jamais les ressources pour inquiéter les Tigres du Leicester. Bousculés dans le jeu au sol, cadenassés sur les extérieurs et surtout pris en grippe par l'arbitrage pour leur indiscipline, les champions de France s'inclineront finalement 27-17, ne ramenant pas un seul point dans l'Hexagone. Une défaite qui n'élimine pourtant pas les Racingmen de la compétition, même si désormais, un nouveau faux-pas est interdit. 

 

Essai de la rencontre – Dan Carter (49e)

Comme souvent, lorsque le Racing est en difficulté, il s'en remet à Dan Carter. Et s'il n'a pas suffit face aux Tigres du Leicester, le double champion du monde a en tout cas remis son équipe dans le sens de la marche par un exploit individuel qui permettait alors à son équipe de revenir à un point du Leicester (11-10). Alors que les Racingmen reculaient à l'impact, Henry Chavancy d'une puissante charge remettait son équipe dans l'avancée. Le jeu rebondissait alors sur Dan Carter, à l'entrée des 22 mètres adverses qui entamait son festival. Feinte de passe, raffut et accélération, le demi d'ouverture se défaisait tour à tour d'Ayerza, Veainu et Ben Youngs pour redonner espoir au Racing. En vain.

 

 

Le tournant de la rencontre

Ce ne sera certainement pas le plus bel essai qu'inscriront les Tigers cette saison, mais il aura au moins permis aux joueurs de Leicester d'annoncer la couleur. Après un maul bien construit par les Anglais, Eddy Ben Arous se mettait à la faute (maul écroulé). Et alors que tout le monde pensait qu'ils prendraient la pénalité, Tom Youngs et Owen Williams montraient la touche à l'arbitre. D'une pénalité excentrée à une trentaine de mètres, les Tigers se retrouvaient à disputer une touche à cinq mètres de l'en-but parisien. Après un lancement parfaitement négocié, le ballon rebondissait jusqu'à Brendon O'Connor qui applatissait en bout de ligne. Un essai plein de panache qui attestait de la volonté des Britanniques d'envoyer du jeu en cette fin d'après-midi.

 

L'homme du match – Freddy Burns

Entré à la 54è minute de jeu, l'ouvreur du Leicester a anéanti les derniers espoirs franciliens. A son entrée, le Racing venait de revenir à un point des Tigers (11-10). Pendant sa présence sur la pelouse, Freddy Burns et ses coéquipiers infligeront tout simplement un 16-7 aux champions de France. Précis face aux perches (là où Owen Williams avait manqué de rigueur), agressif en défense et surtout opportuniste, l'ouvreur a tout simplement inscrit les seize derniers points de son équipe. D'abord par une pénalité, ensuite par un essai à la suite d'une interception (entre Machenaud et Chavancy) et d'une course de 80 mètres, puis par une transformation et enfin par une nouvelle pénalité qui enlevait le bonus défensif aux Racingmen.

 

Les meilleurs

A Leicester : Burns, Slater, Cole, B. Youngs, Tait, Veainu.

Au Racing 92 :Carter, Tameifuna, Chavancy, Masoe.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?