Mourad Boudjellal : « Diego, c'est mon échec personnel »

  • Mourad Boudjellal :  « Diego, c'est mon échec personnel »
    Mourad Boudjellal : « Diego, c'est mon échec personnel »
Publié le , mis à jour

Comme nous vous l'annoncions, Diego Dominguez a été mis à pied par Mourad Boudjellal lundi en début de matinée. C'est en tout cas ce qu'a confirmé le président du RCT peu avant midi. 

Diego Dominguez est-il écarté ?

Diego Dominguez a été mis à pied ce matin et déchargé de l’entraînement de l'équipe professionnelle. J'ai confié la totale responsabilité de l'équipe à Mike Ford, à partir d'aujourd'hui.

 

Cette mise à pied est définitive ou temporaire ?

Diego Dominguez sera reçu (N.D.L.R. en fin de semaine) et on décidera à ce moment.

 

Peut-il être réintégré ?

Tout est possible, mais s'il est réintégré, ce sera en tant que directeur rugby mais pas entraîneur. 

 

Donc Mike Ford est numéro un ?

Pour les entraînements. Maintenant le poids est sur ses épaules. On a beaucoup parlé, maintenant il faut agir.

 

En faisant venir Mike Ford courant septembre, n'était-ce pas une façon de mettre la pression sur Diego Dominguez ?

Pas du tout. Diego c'est d'abord mon échec personnel, puisque c'est moi qui l'ai choisi. Ce n'est l'échec de personne, si ce n'est le mien. Donc je l'assume. Et mon idée était juste de rajouter un peu d'expérience à Diego, qui est quelqu'un pour qui j'ai beaucoup d'estime et qui, je pense, a toutes les qualités pour être un très grand entraîneur. Il est notamment capable d'aller chercher très loin dans les joueurs, pour qu'ils donnent le meilleur d'eux-mêmes. Et ce que je voulais, en recrutant Mike Ford, c'était ajouter un peu d'expérience. Mais il se trouve que ce matin j'ai décidé, pour des raisons diverses, de pratiquer une mise à pied.

 

D'autres changement devraient intervenir dans les jours à venir ?

Non, Mike Ford assurera les trois-quarts. Personne n'arrivera et après on verra au niveau du staff comme se positionnera chacun.

 

Donc la porte n'est pas fermée à un départ de Jacques Delmas par exemple ?

Je ne le souhaite pas. Steeve Meehan va s'occuper des skills et de la vidéo. Marc Dal Maso est confirmé. Et j'ai demandé à ce qu'il travaille en bonne collaboration avec Jacques Delmas et que chacun en fasse encore plus, car on a besoin du talent de tout le monde. Jacques Delmas fait partie de l'histoire du club, et contrairement à ce que pense beaucoup de gens, ce n'est pas Bernard Laporte, mais bien moi qui l'ai choisi. C'était mon choix, donc je n'ai absolument aucun grief contre Jacques Delmas et je souhaite qu'il continue au RCT.

 

Ne craignez-vous pas que ça perturbe vos joueurs ? 

Non. J'ai réuni mes joueurs ce matin, et je leur ai annoncé à 8 heures 30. Ensuite j'ai réuni les leaders à 10 heures.

 

Pour leur demander leur avis ou leur annoncer votre décision ? 

Pour dire ce que j'attendais d'eux, car je suis déçu par ce début de saison. Déçu de la façon dont on joue. Malheureusement tout n'est pas à mettre sur le dos des coachs. Les joueurs ont une part de responsabilité et je m'attends à ce qu'ils l'assument. Des joueurs ne sont pas à leur niveau, ils le savent. Ensuite j'ai rencontré Mike Ford pour lui dire que je souhaitais un projet de jeu participatif, dans lequel les joueurs s'impliquent beaucoup. Il a accepté, il a adhéré. Donc nous avons à nouveau réunis les leaders, pour discuter du projet de jeu. Et chacun a pu s'exprimer et j'ai senti des joueurs plutôt impliqués. Il y a beaucoup de demandes des joueurs, ils ont envie de faire évoluer les choses, donc on va essayer de mettre en place un plan de jeu auquel tout le monde adhère pleinement. 

 

Ce qui n'était pas le cas jusqu'à aujourd'hui ?

En tout cas ce n'était pas un plan de jeu auquel moi j'adhérais. J'ai envie que les gens aient envie d'acheter un billet pour venir voir le RCT. Après je ne tape pas sur Diego Dominguez, nous sommes troisièmes du championnat et pas éliminés de la Coupe d'Europe. Son bilan n'est pas négatif. J'en suis conscient. 

 

Au-delà du sportif, c'est donc un problème de personne ?

Nous avons un désaccord. Ce sont des choses qui arrivent. Ça n'enlève rien à toute l'estime que je peux avoir pour lui et toute la croyance en ses compétences que je continue à avoir.

 

Ne craignez-vous pas de découvrir dans quelques années que c'était un grand coach ?

C'est fort probable. J'en suis même convaincu. Mais aujourd'hui ce n'est pas la solution que je souhaitais.

 

Les joueurs semblaient pourtant avoir adhéré au plan de jeu de Diego Dominguez. Qu'est-ce qui explique cette décision ?

Aucun joueur ne m'a demandé la tête de Diego. C'est moi qui ai évolué, et je ne suis pas content de ce que je vois. Si j'étais supporter du RCT je n'aurais pas envie d'acheter un billet de stade.

 

Duane Vermeulen nous confiait il y a quelques semaines qu'il fallait rentrer dans l'ère Dominguez. Il faut désormais rentrer dans l'ère Mike Ford ?

On verra.

 

N'avez vous pas le sentiment de vous être trompé dès le début avec Diego Dominguez ?

Non. Sur l'énergie et la capacité de Diego à motiver des joueurs j'ai rarement vu ça. Il est exceptionnel. Par contre, moi je suis là pour bonifier les choses. Pas pour remettre en question une personne. Quand je prends une décision, c'est sans arrêt pour être plus fort.

 

Quelle a été la réaction de Diego ?

Diego est quelqu'un de très classe, donc il est resté classe.

 

Ne craignez-vous pas une réaction des supporters, qui appréciaient Diego ? 

Je suis président du RCT, je prends des décisions. On saura après si elle était bonne ou mauvaise, mais j'y ai réfléchi tout le week-end. J'ai visualisé l'avenir du club et c'est ma décision. Je n'ai rien à reprocher à Diego. Simplement je n'y crois plus. Mais j'adore ce mec, je ne remets pas en question ses compétences. Au contraire. Je pense même que, comme vous le disiez, dans trois-quatre ans il nous fera un pied de nez. Ce n'était pas une décision facile à prendre. Ce matin je ne suis pas allé au bureau en chantant. Mais il y a ce que je pense de Diego Dominguez à titre personnel et ce que je pense en tant que président du RCT. Et là, je ne fais aucun sentiment. 

 

Propos recueillis à Toulon par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?