Toulouse Féminin, un avenir plus radieux

  • Toulouse Féminin, un avenir plus radieux Toulouse Féminin, un avenir plus radieux
    Toulouse Féminin, un avenir plus radieux
Publié le , mis à jour

L’an prochain, les féminines rejoindront l’association stadiste. Joueuses et dirigeants voient leurs efforts récompensés.

Dans le monde du rugby féminin, on croit, en toute légitimité, que le Stade toulousain est un club privilégié, nanti, à l’abri du besoin. Malheureusement, c’est une idée reçue. La section féminine a une place à part au sein du club le plus titré du Vieux continent. Le Stade toulousain rugby féminin est logé à la même enseigne que de nombreux clubs fédéraux et territoriaux. « Cela va faire sourire certains, mais nous avons du Stade toulousain que le nom. Au sein du club, nous avons une place à part, dit David Gérard, l’ex-président. Si nous voulons nous assumer. Les dirigeants sont obligés de prévoir un budget, de se débrouiller. De plus, nous avons une difficulté supplémentaire, nous n’avons pas de terrain officiel. Nous jouons sur tous les terrains disponibles de Toulouse. Dimanche, par exemple, nous avons rencontré Romagnat au stade des Minimes. »

Un pas de géant

Or, la saison prochaine, la vie de la section féminine va changer. Elle vient même de négocier un virage à plus de 180 degrés. Pour le prochain exercice, les filles vont intégrer définitivement l’association et seront logées à la même enseigne que les espoirs, Crabos, Alamercery et Gaudermen. « Nous venons de faire un grand pas voire un pas de géant, cela va nous changer la vie et de nous permettre d’avoir des projets sportifs plus ambitieux », déclare David Gérard.

 

En ce qui concerne le volet sportif, les filles du Stade toulousain n’ont rien à envier à personne. En trois ans d’existence, ces dames ont décroché le titre en Armelle-Auclair en 2015, accédé en Top 8 et disputé l’an dernier les demi-finales. Les moins de 17 ans ont été sacrées championnes de France. En ce début de saison, l’équipe fanion occupe la troisième place après un double succès à l’extérieur à Bobigny (16-12) et Caen (44-0), une victoire à la maison face à Rennes (36-10) pour une défaite face au champion lillois (14-0). Pour cette fin de saison, il n’est pas exclu que les Stadistes soient l’équipe poil à gratter de ce championnat. De plus, le fait de rejoindre l’association l’année prochaine, cela va certainement leur donner des ailes et l’envie de se surpasser. 

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?