Bourgoin s'est sabordé

  • Bourgoin s'est sabordé
    Bourgoin s'est sabordé
Publié le

Incapables de convertir en points leur domination, les Berjalliens ont littéralement offert la victoire à des Basques indisciplinés mais bien en place en défense, et trop heureux de la bonne affaire.

LE MATCH

Comment peut-on se voir pénaliser à vingt reprises, récolter trois cartons jaunes, et vaincre en ne laissant pas même le bonus défensif à ses adversaires ? Pour répondre à cette délicate équation, vous pourrez demander aux Biarrots... Mais surtout aux Berjalliens, incapables de retranscrire en points leur domination, que ce soit au pied (onze points manqués par leur ouvreur Silago) qu'à la main (trois pénaltouches manquées, sans oublier un en-avant d'Adamou sous les poteaux). Placé derrière au score par un essai en contre de Vaka, les Berjalliens se sont ainsi heurtés à une défense biarrote bien en place. Au point de se résoudre, jusqu'à l’écœurement, à tenter une ultime pénalité à la 80e, manquée de surcroît par Bouillot 40 mètres face aux perches. Un fiasco total, un acte manqué hallucinant pour ce CSBJ, au vrai arrière-goût de Fédérale 1...

 

LE TOURNANT

Inscrit dans les arrêts de jeu, juste après la sirène de la première mi-temps, l'essai de Saimoni Vaka a porté un coup terrible au mental des Berjalliens, menés au score à la pause après avoir outrageusement dominé les quarante premières minutes. En cause ? Une bonne séquence défensive des Basques, qui contraint Khribache à une maladresse au niveau de ses propres quarante mètres. Du pain bénit pour Vaka qui, au terme d'un antédiluvien dribbling et d'un choc frontal avec la protection du poteau, permettait au BOPB de prendre les commandes de la partie.

 

L'ACTION

Juste au retour des vestiaires, un lancement berjallien après touche permettait à Price de franchir dans la zone de l'ouvreur adverse, bien relayé jusqu'à Coux par sa paire de centres. Plusieurs pilonnages infructueux plus tard, le ballon était enfin écarté par Mathieu Nicolas jusqu'à Khribache, qui fixait le dernier défenseur pour offrir à Price l'essai en coin, synonyme de soulagement pour le CSBJ. Soulagement malheureusement temporaire, les Biarrots reprenant illico le score pour ne plus le lâcher...

 

LE JOUEUR

On aurait bien sûr pu faire valoir ici la prestation impeccable de l'ouvreur Yohan Le Bourhis, dont l'efficacité a singulièrement tranché avec celle de son vis-à-vis Silago. Également l'abattage dans les basses besognes de Sikeli Nabou, ou la vista toujours intacte de Benoît Baby... Toutefois, une fois n'est pas coutume, on mettra ici en exergue la prestation d'un vaincu, à savoir l'ailier berjallien Nicholas Price. De tous les bons coups, l'ailier australien a constamment fait avancer son équipe. Dommage pour le CSBJ que ses partenaires n'aient pas tous évolué à son niveau...

 

LES MEILLEURS À Biarritz, Vaka, Baby, Le Bourhis, Manu, Nabou ;

À Bourgoin, Price, Perrin, Perez, Fakalelu.

 

Par Nicolas Zanardi

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?