Vannes enfonce Albi

  • Vannes enfonce Albi
    Vannes enfonce Albi
Publié le

Dans son stade de la Rabine, Vannes s'adjuge la victoire et le bonus offensif (34-6) au terme d'un match maîtrisé. Pour Albi, lanterne rouge, la situation devient préoccupante.

Résumé du match 

Quelle métamorphose entre l’équipe du RC Vannes battue sur le fil par Narbonne et celle d’hier au soir devant Albi. Le jour et la nuit en termes d’envie,de combativité, de générosité et de pugnacité. Une folie furieuse avait envahi les esprits vannetais. Des joueurs superbes de combativité, et de résistance, surtout en seconde période ou Albi parfois dominateur ne parvint jamais à prendre l’intervalle pour aller à l’essai. Une fois, cinq fois, dix fois, vingt fois, le rideau défensif vannetais repoussa les assauts de Tarnais venus d’empaler sur autant de rochers. Même en infériorité numérique par deux fois, le RC Vannes répondit avec une hargne quasiment jamais vu depuis leur entrée dans la cour du professionnalisme. Cette débauche d’énergiede la période initiale, trouva son aboutissement à travers 3 essais et 21 points d’avance à la pause.  La seconde période fut un âpre combat, au cours duquel le RCV mis sur le reculoir ne céda jamais, s’offrant même le luxe d’un quatrième essai du monstrueux Trainor (58e). Dès lors c’en était trop pour Albi qui ne parvint jamais à trouver la solution.

 

Le fait du match 

La pression mise d’entrée par les Vannetais et surtout leur capacité a défendre en seconde période, malgré une domination territoriale de tous les instants des Tarnais. Cinq, dix, vingt fois, les vannetais ont repoussé les assauts des Albigeois. L’action : Celle de Conor Trainor à l’heure de jeu sur le deuxième essai signé du Canadien, mais aussi le quatrième de l’équipe bretonne. Le long dégagement au pied de Bouthier trouva Conor venu mettre la pression sur l’arrière albigeois Sicard. Un mauvais contrôle de ce dernier, restait à Trainor à se saisir de l’offrande pour marquer l’essai entre les perches.

 

L’homme du match

Incontestablement Conor Trainor qui fut de tous les combats. Deux, trois, quatre fois il a tenté de prendre l’intervalle, n’échouant que parce que ses adversaires réussissaient à lui accrochait la jambe. Son influence sur le jeu offensif fut réelle.

 

Le tournant

L’essai juste avant l’heure de jeu, alors que le RCV est sous pression devant son en-but. Sur une récupération, il a  fallut un sacré culot à Bouthier pour relancer à 2 m de sa ligne un missile en direction de Conor. la suite, un quatrième essai qui ruinait définitivement les dernières illusions d’une équipe d’Albi qui n’a jamais été en mesure de contester la supériorité des Bretons.

 

Par Didier Le Pallec

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?