Sucy-en-Brie, le leader inattendu

  • Sucy-en-Brie, le leader inattendu
    Sucy-en-Brie, le leader inattendu
Publié le , mis à jour

Les promus du Val-de-Marne ont pris les commandes de leur poule de Fédérale 3. Ils peuvent confirmer ce week-end en jouant à domicile.

Le succès de Sucy-en-Brie à Armentières a dit que le début de saison du promu n’était pas un feu de paille. Chez cet adversaire aguerri aux joutes de la Fédérale 3, à la fin d’un match âpre et disputé (victoire 8-10), l’équipe du Val-de-Marne a confirmé sa vitalité. Elle est restée invaincue. Et contre toute attente, puisque le leader de Pontault-Combaut est tombé à Courbevoie, elle a pris sa place à la tête de son groupe. La réception de Dunkerque (7e) peut même confirmer cette position ce week-end. C’est totalement inattendu. « Nous sommes fous de joie », apprécie le président Richard Coutier. Son club est en phase euphorique depuis deux ans.

Pas de phase de transition

 

Cette équipe qui avait déjà connu une première période de Fédérale 3 pendant trois saisons (2010-2013) sous le mandat des entraîneurs Solier et Pichard, avait entrepris une phase de reconstruction quand ce duo uni depuis de longues années, avait mis un terme à son activité. Au moment de leur départ, le club évoluait de nouveau en honneur depuis deux ans. Le jeune entraîneur Romain Ulo devait travailler avec le nouvel arrivant Alexis Teytaut. Une année de transition un peu pépère avait été envisagée. Au lieu de quoi, cette équipe de Sucy-en-Brie avait dominé le championnat régional francilien. Son retour en Fédérale 3 obtenu, elle s’était hissée jusqu’en demi-finale du championnat de France honneur. Elle figurait à ce titre une forme de résistance dans le comité du Val-de-Marne, dans lequel les bastions de Vitry (50 ans de vie fédérale), Saint-Maur et Vincennes, leurs drapeaux un peu froissés, sont retombés dans le giron régional. Sur cette épopée se greffe le parcours de cette saison. « Notre parcours en championnat de France a créé beaucoup de liens entre nous, estime Richard Coutier. Des anciens qu’on ne voyait plus ont donné des signes de vie. Nos jeunes Bélascain sont rentrés dans un groupe enthousiaste. Une belle dynamique s’est créée ». À Armentières, malgré les absences conjuguées de cinq titulaires en puissance, dont le capitaine Nicolas Paccalin, cette jeune équipe n’a pas baissé les bras. Les entraîneurs ont tenté des expériences positives. Dans cette période de difficulté présumée, ils ont construit des plans B. Leur réussite dit que les bons résultats pourraient durer. D’autant que le leadership a été acquis par des succès contre Marcq-en-Baroeul et Soissons, deux formations concurrentes aux premières places. « On a pris Marcq-en-Baroeul au bon moment, commente Richard Coutier. Ce calendrier nous a été favorable. Mais je n’imaginais pas que nous puissions tenir sur ce rythme. Maintenant qu’il a été enclenché, je nous crois capables de durer ».

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?