Clermont vite fait, bien fait

  • Clermont vite fait, bien fait
    Clermont vite fait, bien fait
Publié le

Clermont a donné une leçon à Brive (40-16) dans le derby du Massif Central. Les Auvergnats repartent de Corrèze avec le bonus offensif et mettent fin à l'invincibilité des Brivistes à domicile.

Pour la troisième année consécutive, Clermont est venu s'imposer à Brive. Et le suspens a été de courte durée dans ce 96e derby du Massif Central. Les Auvergnats, pourtant bousculés en mêlée fermée, ont rapidement pris la mesure des Brivistes vite dépassés par le rythme et le jeu de passes de l'ASMCA. En seulement une mi-temps, les hommes de Franck Azéma avaient déjà inscrit trois essais pour mener 27 à 9 à la pause. Têtes basses, les Corréziens n'arrivaient plus à retrouver leurs esprits ni leur rugby, en étant incapables de mettre la main sur le ballon ou même d'arrêter les vagues adverses. Malgré une réaction d'orgueil en seconde période, ils ne parvenaient à gâcher le triomphe clermontois qui repartaient avec le point de bonus offensif grâce à un deuxième essai personnel de Pato Fernandez en fin de rencontre.

L'essai : Noa Nakaitaci

Clermont comptait déjà quatorze points d'avance et les Brivistes attendaient la pause pour retrouver leur esprits et couper le rythme. C'était sans compter sur une dernière offensive des Auvergnats revenus dans les vingt-deux mètres du CABCL grâce à une superbe pénaltouche de Scott Spedding. Une dernière offensive à l'image de la rencontre avec de nombreux temps de jeu, des bonnes sorties de balles pour empêcher la défense de se replacer et finalement Noa Nakaitaci trouvait la faille auprès d'un ruck. Un essai accordé après arbitrage vidéo qui permettait à l'ASMCA de mener 27 à 9 à la pause. Neuvième essai de la saison pour l'international français qui disputait son dixième match de la saison.

Le fait : Clermont joue dans l'avancée

Brive n'a pas réussi à faire la guerre au sol pour couper ou même ralentir les offensives clermontoises. Les hommes de Franck Azéma ont toujours joué dans l'avancée dans une défense condamnée à reculer. Les espaces étaient alors impossible à combler. 

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?