Goujon : « On va vendre chèrement notre peau à chaque rencontre »

  • Goujon : « On va vendre chèrement notre peau à chaque rencontre »
    Goujon : « On va vendre chèrement notre peau à chaque rencontre »
Publié le

Le troisième ligne centre de l'UBB (27 ans, 12 sélections) présent dans la liste Élite et appelé cette semaine pour le stage préparatoire aux tests matchs de novembre raconte l'envie et application présentes au sein du XV de France .

Le fait de pas jouer ce week-end est-ce que ça change quelque chose dans l’approche du stage ?

Ça permet de ne pas se poser de questions par rapport au club. On peut s’impliquer à 100% sur le projet de jeu du XV de France et s’impliquer à 100% sur les entraînements. On peut travailler convenablement et à fond sans avoir besoin de récupérer pour samedi.

 

Est-ce que vous avez conscience que tout le rugby français s' est mis au chevet du XV de France et pousse pour qu’il y ait plus de confort, de travail... ?

C’est une bonne chose pour l’équipe que les clubs fassent l’effort. Ce sont des concessions, qui je pense doivent faire avancer le projet de l’équipe de France. Les Samoa arrivent...

 

Quelle est la première idée que vous avez de cet adversaire, à priori le moins fort des trois équipes que vous allez jouer ?

Ce sont des joueurs pour certains que l’on côtoie tous les week-ends. On connaît leurs qualités physiques, leurs qualités de jeu. Ils vont essayer de nous imposer leur défi physique et leur jeu. On ne peut pas parler d’équipe moins forte. Ce sont trois équipes avec des styles différents et d’énormes qualités. Ce sont trois gros défis.

 

Le projet de jeu il a fallu le décrasser dans les têtes ou est-il acquis à présent ?

Il faut faire la transition avec le club et l’équipe de France. Quand on arrive ici (à Marcoussis, N.D.L.R), il faut s’imprégner du système de jeu de l’équipe de France le plus rapidement possible. Ça fait maintenant plus d’un an qu’on travaille dessus pour certains. Le but c’est d’assimiler les choses le plus rapidement possible et de ne pas passer trop de temps sur les choses qu’on a vu auparavant. Les petits nouveaux qui arrivent il faut les intégrer le plus rapidement possible pour pouvoir travailler et aller de l’avant.

 

C’est quelque chose qui se bosse au quotidien aussi. Tu peux voir cela individuellement chez toi ?

Chaque fois qu’on vient ici, on prend des notes, on se remémore les séances vidéo sur les systèmes. Oui, il faut que ce soit imprimé dans nos têtes à chaque fois qu’on revient.

 

Les All Blacks, ça reste quelque chose d’ insurmontable ? Ça vous impressionne ?

C’est une équipe impressionnante c’est sûr. On l’a vu lors du dernier Four Nations où ils ont dominé tout le monde. On garde ça dans un coin de notre tête. Avant cela, on a quand même deux gros morceaux aussi. On va essayer de prendre les matchs un par un et de vendre chèrement notre peau à chaque rencontre.

 

Propos recueillis par Marc Duzan, à Marcoussis

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?