Bourdeau : « Apporter mon enthousiasme et ma fraîcheur mentale »

  • Bourdeau : « Apporter mon enthousiasme et ma fraîcheur mentale »
    Bourdeau : « Apporter mon enthousiasme et ma fraîcheur mentale »
Publié le , mis à jour

Absent depuis neuf semaines, le flanker Rémi Bourdeau fait son retour à la compétition ce vendredi soir (20h) à la Méditerranée face à Mont-de-Marsan. Un rendez-vous capital pour l’ASBH qui reste sur quatre revers consécutifs et flirte désormais dangereusement avec la zone rouge (trois points d’avance sur Bourgoin). Les Rouge et Bleu comptent sur le retour de certains de leurs cadres (Bourdeau, Battye, Ramoneda et Fernandes) pour relever la tête. 

Comment vous sentez-vous physiquement après plus de deux mois d’absence ? 

Je me sens beaucoup mieux. J’avais une désinsertion totale de l’ischio-jambier et mon indisponibilité a été beaucoup plus longue que le diagnostique initial. Au départ, on m’avait dit que j’en aurais pour quatre semaines et au final, j’ai été absent deux mois. La durée normale de cicatrisation… C’est juste qu’on ne m’avait pas annoncé la bonne durée. Désormais, cette blessure est derrière moi. J’ai eu de bonnes sensations toute la semaine aux entraînements et je suis désormais impatient de me tester contre Mont-de-Marsan. 

 

Vous serez remplaçant ce soir. Sur quel temps de jeu “tablez”-vous ? 

Limité, je pense. Même si cela va directement découler du scénario de la rencontre. J’espère jouer trente minutes si ça se passe bien pour l’équipe. 

 

Avez-vous eu le temps de passer par la “case” espoirs le week-end dernier pour vous tester ? 

Non, car comme je vous l’ai expliqué, mon retour a été plus long que prévu. Je voulais jouer avec les espoirs il y a deux semaines pour ma reprise, mais les médecins du club avaient alors jugé que j’étais encore trop juste. Du coup je vais retrouver les terrains sans passer par l’étage inférieur. Mais ce n’est pas un problème pour moi car je me sens prêt. 

 

Votre absence, à l’image de celles des nombreux cadres biterrois blessés, a fortement diminué l’équipe… Pensez-vous que les premiers retours validés pour Mont-de-Marsan (Battye, Ramoneda et Fernandes) peuvent relancer le groupe ? 

Je l’espère. Il y a eu énormément de blessés, jusqu’à dix et cela a eu des répercussions négatives au quotidien : il y avait moins de monde aux entraînements et donc moins d’émulation. Et les joueurs valides ont été obligés d’enchaîner les matchs à 80 minutes. Cela a créé de la fatigue physique et morale. Le fait qu’il y ait des joueurs blessés qui reviennent doit donc amener un nouvel élan. Notre rôle à nous (les blessés de retour, NDLR) est d’apporter de l’enthousiasme et de la fraîcheur..  

 

Ces retours tombent au moment opportun, avant un duel vital face à Mont-de-Marsan… 

Ce n’est que la dixième journée… Mais je reconnais qu’il est primordial pour nous de gagner face aux Montois à la maison après avoir enchaîné quatre revers. Ce match, nous l’avons ciblé depuis plusieurs semaines et on n’a donc pas le droit à l’erreur. Il est très important pour la suite si nous souhaitons conserver notre ambition de qualification.  

 

Pourtant, Béziers ne semble pas s’affoler malgré sa position dangereuse au classement (à trois points de la zone de relégation)…

 En effet, le discours des coachs va dans ce sens. Ils veulent que nous gardions confiance en nous, en notre jeu et qu’on se réfugie dans le travail. Ça va finir par payer. Cette mauvaise passe est liée à une multitude de facteurs négatifs : les blessés (Barrère, Kouider, Fualau, Massot et Tarus), les cartons rouges reçus (Valentine encore suspendu contre Mont-de-Marsan et Edmonds suspendu douze semaines), le manque de réussite… Cette période a donc été difficile comptablement et aussi psychologiquement. J’espère qu’après ce bloc de matchs délicat (un point décroché en quatre matchs), on pourra récupérer un maximum de joueurs pour nous relancer avant la fin de l’année civile. 

 

Quelles seront les clés du succès pour Béziers ce soir face aux Montois ? 

Comme d’habitude pour nous, la conquête. Notre objectif prioritaire est de trouver enfin une prestation référence en touche comme en mêlée, où nous rencontrons des difficultés. On bosse énormément pour y parvenir. Ce secteur sera notre focus principal, à l’instar de toutes les zones de combat. Car Mont-de-Marsan est une formation très dense physiquement, qui cravache constamment même à l’extérieur. Ils ne lâchent jamais rien et ce sera donc à nous d’imposer notre jeu d’entrée, en conservant cette ligne de conduite jusqu’à la fin.

 

Propos recueillis par Julien LOUIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?