Rillieux a mis le temps

  • Rillieux a mis le temps
    Rillieux a mis le temps
Publié le , mis à jour

Malgré un recrutement ambitieux, le RCR a attendu la 6e journée pour décrocher sa première victoire. Avec un calendrier à venir a priori plus favorable, l’équipe espère prendre enfin son envol.

Rillieux-la-Pape (RCR) a enfin débloqué son compteur de victoires dimanche dernier à Seyssins (18-16). Curieusement, cette première victoire est venue quand on s’y attendait le moins, sur le terrain de l’ancien pensionnaire de Fédérale 2, avec une équipe privée de son entraîneur des avants, Jean-Michel Delorme, qui a eu la douleur de perdre son père le jeudi précédent et à qui les joueurs ont donné un peu de baume au cœur et avec un héros, le centre Jean-Baptiste Perrin, pas forcément attendu. « Il avait buté deux ou trois la saison dernière, souffle l’entraîneur des trois-quarts, Pierre Cachet. Il est juste là pour dépanner. »

Et en l’absence de trois spécialistes, tous blessés, Christophe Sole, Jérôme Thivend et Yvan Leroyer, il a passé la pénalité décisive, à une minute du coup de sifflet final. Tous espère que ce succès va libérer une équipe dont on attendait mieux. à l’intersaison, une fois n’est pas coutume, les Rilliards avait beaucoup recruté, dont le deuxième ligne Morgan Dercourt, ancien capitaine de Villeurbanne, vice-champion de France de Fédérale 2, ou encore le talonneur Thomas Moissenet, qui connaît bien la Fédérale 2 et la Fédérale 3. Mais cela ne fonctionnait pas. « Je ne comprends pas ce qui se passe », s’interrogeait Camille Mariat, après le net revers à domicile contre Vinay (10-26) le 23 octobre. « Cela ne marche pas. »

Accrocher la sixième place

Mais outre les arrivées, le RCR avait perdu à l’intersaison plusieurs joueurs, dont deux anciens, l’avant Grégory Laubry et l’arrière Christophe Liabeuf. « Nous n’avons pas encore réussi à remplacer ce dernier, reconnaît Pierre Cachet. Il était important dans le groupe. Il avait de l’aura sur les autres joueurs. » Tous ces éléments et un calendrier défavorable, marqué par quatre déplacements et les réceptions de Vinay et Saint-Marcel-l’Isle-d’Abeau (deux des quatre premiers du classement), explique ce qu’on espère au club n’être qu’un retard à l’allumage. Avec quatre réceptions lors des cinq prochaines journées et des adversaires a priori à leur portée - des concurrents directs pour le maintien ou les dernières places qualificatives - l’équipe souhaite prendre son envol, pour accrocher la sixième place, l’objectif affiché. « Nous nous sommes posés beaucoup de questions, reconnaît Pierre Cachet. J’espère que cette victoire est le déclic que nous attendions. Nous jouions mieux la saison dernière avec moins de moyens. Mais il y a de bons mecs et de bons joueurs dans cette équipe. Nous avons un bon potentiel. Il fallait peut-être juste un peu de temps… »

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?