Decazeville, le blé en herbe

  • Decazeville, le blé en herbe
    Decazeville, le blé en herbe
Publié le , mis à jour

Samedi, l’école de rugby organise son traditionnel Tournoi Jean-Boyer, le plus grand rassemblement national des Moins de 10 ans. Un tournoi qui honore la formation locale.

Jadis, on disait dans le Nord-Aveyron decazevillois que « la mine et le rugby sont les deux mamelles de Decazeville ». De nos jours, les puits de mine ont fermé petit à petit et on ne produit plus le charbon victorieux. En revanche, il reste le rugby pour animer la vie locale. Ce dernier a tout de même subi la crise du charbon dont la dernière au tout début de la décennie 90. Dans une région fragilisée économiquement, les jeunes ont rejoint d’autres cieux, ce qui a eu un sacré impact sur les écoles de rugby de la région. Dans ce coin de France généreux et solidaire, un homme, André Cayla, n’a pas cédé à la résignation. Au contraire, il a sonné le tocsin, mis de côté les querelles de clocher et créé l’école de rugby du Bassin Ouest Aveyron regroupant les clubs de Decazeville, Viviez et Flagnac.

Vingt-six ans après, cette structure, le RBOA est très prospère. Elle s’est même agrandie de deux nouvelles entités : Montbazens-Rignac et la Vallée du Dourdou. C’est aujourd’hui la première école de rugby du département forte de cent trente licenciés, encadrée par cinquante éducateurs et dirigeants. Structure qui est le premier trait d’union entre les moins de 16 ans, les moins de 18 ans et le groupe senior.

L’autre œuvre d’André Cayla et son équipe, c’est d’avoir mis en place le tournoi Georges-Boyé, le plus grand rassemblement national des moins de 10 ans qui se dispute traditionnellement le 11 novembre. Cette année, il y aura une petite entorse au règlement puisque la 26e édition se disputera le 12 novembre.

Trente-six équipes, quatre cents joueurs, cent bénévoles

Samedi, l’enceinte sportive decazevillloise de Camille-Guibert sera peuplée par des armées de petits rugbymen venus de douze départements de l’Hexagone. Parmi les écoles de rugby chevronnées, les organisateurs auront le plaisir d’accueillir Carcassonne, Aurillac, Colomiers, le Stade toulousain, Albi, Montauban, Valence-d’Agen ainsi que le Racing Club de France. Ainsi trente-six équipes vont tenter de succéder au Stade toulousain, brillant vainqueur du trophée l’an dernier. « La mise en place de ce tournoi représente un an de travail, confie le président de l’école de rugby, Lionel Maffre. C’est une journée qui est exceptionnelle pour le club mais qui demande un fort investissement. Pour accueillir plus de quatre cents jeunes, leurs accompagnateurs et les parents, nous disposons de cent bénévoles qui s’occupent de tout, de l’accueil des équipes jusqu’à la préparation des repas et à l’arbitrage des rencontres. C’est du travail mais notre véritable récompense reste les sourires des enfants à la fin du tournoi. »

Un tournoi où les seniors du Sporting (à l’image de Loïc Arguemone, Fred Cabanthous, Cyril Campargue, Dimitri Salles, François Rols, Zakaria Sabbar, Cedric Delclaux, Baptiste Glabin, Jonathan et Maxime Montbroussous, Sylvain Trayssac, Axel Bordely, Harold Cuye, Nicolas Tarbouriech, Adrien Vayssie, Florian Butet et Yoan Arnal) se feront un plaisir d’assister. En effet, ce prestigieux tournoi, qui a été honoré dans le passé par la présence de Bernard Lapasset, Christophe Deylaud, Raphael Ibanez ou Émile Ntamack, a eu le privilège de le disputer lors de leurs jeunes années.

Du haut de son nuage, André Cayla, décédé depuis, peut être rassuré. Son école de Rugby Bassin Ouest Aveyron a de très beaux jours devant elle et son challenge Georges-Boyé a acquis de belles lettres de noblesse.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?