Tunisie, la belle aventure

  • Tunisie, la belle aventure
    Tunisie, la belle aventure
Publié le , mis à jour

Pour encore rêver à la coupe du monde 2019, les tunisiens devront battre le Sénégal en finale de la Coupe d’Afrique division B (12 novembre). Ils étaient en stage en France des derniers jours.

Dans moins d’une semaine, la Tunisie jouera une carte importante pour espérer participer à la prochaine Coupe du monde. Pour y croire, il faudra d’abord remporter la Coupe d’Afrique Groupe B (deuxième niveau) face au Sénégal. En cas de victoire, les Tunisiens joueraient l’an prochain en Groupe A, celui-là même qui donnera le ticket de la zone Afrique pour prétendre s’envoler vers le Japon. Depuis quelques mois, la Fédération a fait appel à un entraîneur français, Nicolas Vial-Pailler, actuel coach des arrières de Valence-d’Agen (Fédérale 1) et qui a trouvé un rugby en pleine reconstruction : « Les joueurs qui évoluent au pays souffrent du manque de compétition. Il leur est donc difficile de progresser. Mais de nombreux autres portent le maillot de clubs français pros (Béziers, Oyonnax, et Montpellier) ou de Fédérale (Massy, Bobigny, Valence-d’Agen, Trélissac ou Nantes, entre autres). Ce sont eux qui tirent les autres vers le haut. »

En stage à Valence-d’Agen

Un véritable challenge à relever pour l’entraîneur valencien qui s’est lancé dans cette aventure avec beaucoup de détermination et d’envie : « J’ai su dès le début qu’il y avait un énorme potentiel. Il y a d’excellents joueurs dans ce groupe qui peuvent accomplir de grandes choses. En tout cas, je serai le premier à me donner à fond pour y arriver et je suis sur certain que les joueurs aussi. » Cela va demander un gros travail pour atteindre l’objectif fixé : « Aujourd’hui, la Tunisie est cinquième nation africaine (38e au classement World Rugby) derrière l’Afrique du Sud, la Namibie, le Kenya et le Zimbabwe. Si nous travaillons correctement, nous pouvons nous retrouver dans les trois premiers. Les garçons sont prêts à défier n’importer qui. Ils veulent tellement s’engager que certaines fois, l’engagement prend le pas sur la technique et la discipline. »

Pour se préparer au mieux, les Tunisiens se sont retrouvés dernièrement en stage en Tarn-et-Garonne. « Nous avons fait un stage sur les installations de l’Avenir valencien, explique Nicolas Vial-Pailler. Je regrette cependant que des clubs n’aient pas libéré certains de leurs éléments. L’équipe était du coup très jeune mais avec un bon potentiel. Nous avons commencé par une opposition face Agen qui nous a réservé un accueil exceptionnel. J’en profite pour remercier le club. Ensuite, nous nous sommes mesurés à une sélection Midi-Pyrénées avant de terminer contre l’équipe de France de la gendarmerie. La semaine fut riche et intense. Elle a permis de nous évaluer avant la finale contre le Sénégal le 12 novembre.»

Dès ce lundi, les Tunisiens se retrouveront pour un nouveau stage qui sera basé sur l’organisation tactique et stratégique du jeu. De quoi les conduire vers le titre de champion d’Afrique.

Par Michel Bony

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?