Colomiers Espoirs : l'heure de vérité

  • Colomiers Espoirs : l'heure de vérité
    Colomiers Espoirs : l'heure de vérité
Publié le

Un tournant. Et ce, en deux actes. Les Espoirs de Colomiers n'ont pas le choix, s'ils veulent se qualifier. Battus à Mont-de-Marsan samedi, ils doivent désormais réagir. C'est-à-dire, avec une victoire face à Biarritz ce week-end.

La marche était trop haute. A Mont-de-Marsan, les Espoirs de l'US Colomiers Rugby n'ont pas rêvé. Bien au contraire, tant ils ont vécu une après-midi difficile. Trente points encaissés et un bonus offensif abandonné, suffisant à légitimer ce constat. "Nous avons été dominés dans tous les secteurs de jeu et notamment dans la dimension physique. Le score n'est absolument pas sévère, même si les joueurs ont tout donné. Ce match, nous pouvons le jouer cent fois et nous le perdons quatre-vingt-dix-neuf fois" analyse Thierry Barbière, co-entraîneur avec Christophe Pigozzo. Dans les Landes, les Columérins ont en effet mesuré leur marge de progression. Privés de ballons, ils n'ont ainsi jamais pu jouer dans l'avancée. Le tout, après avoir rapidement concédé un handicap de dix points. Trop, pour pouvoir espérer (11-0, 15e). "Mont-de-Marsan a tout simplement été plus mâture que nous, collectivement et rugbystiquement. Pour contourner notre problème, il faut avoir des ballons et ce ne fut pas le cas. Il s'agit un peu du même style de match que contre Grenoble, l'an dernier". C'était il y a un an et l'USC avait alors chuté, pour la première fois de la saison (18-46). Un revers concédé à domicile, après sept victoires de rang. Les effectifs ont certes évolué, mais la problématique reste en partie la même. "Vous savez, ce groupe est encore jeune et il se fait la caisse. Les joueurs ne s'échappent pas et s'envoient sur le terrain mais nous ne pouvons pas aujourd'hui rivaliser, avec ce genre d'équipe. Il y a trop de déséquilibres, même si nous essayons de trouver des solutions". Et ce, en parvenant notamment à déplacer le ballon.

 

Une possible fin de série

Des ambitions qui s'étaient au final, soldées par une qualification en barrages. Un an plus tard, le chemin est encore long pour les entrevoir. C'est une certitude mais pas un fatalisme, en terre columérine. Troisième de sa poule, la Colombe a en effet son destin entre les mains. A condition de bien négocier, les réceptions de Biarritz et Béziers. "Gagner ces deux matchs est indispensable, si nous voulons rentrer dans les quatre premiers. Il ne nous faut compter que sur nous, tout en conservant beaucoup d'humilité. Sans cela, nous pourrions passer à côté" annonce Thierry Barbière. L'heure de vérité arrive donc samedi, à Michel-Bendichou. Biarritz pouvant se retrouver à neuf points, en cas de défaite. Une opportunité en or donc, d'éliminer un concurrent direct. "Nous nous attendons à une grosse confrontation, notamment devant. La semaine dernière, Albi y allait avec l'envie de mettre beaucoup de combat et d'intensité. Ils sont revenus au final, avec une défaite (12-3)". Problème, une série pourrait bien s'arrêter ce week-end. Colomiers n'a pas encore perdu à domicile, quand Biarritz n'a pas encore gagné à l'extérieur. 

 

Par Corentin Vaissière

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?