Lemi, il aurait mérité mieux

  • Lemi, il aurait mérité mieux
    Lemi, il aurait mérité mieux
Publié le , mis à jour

L’ailier des Samoa, David Lemi, n’a pas la reconnaissance que son talent mérite. Peut-être n’a-t-il pas choisi les bons clubs au bon moment ?

Àl’aéroport de Bristol, dimanche à midi, quand nous l’avons croisé, il passait totalement inaperçu. Il ne ressemblait pas à l’archétype du malabar samoan, massif et bardé de muscles et il faisait beaucoup moins que ses 34 ans. S’il avait porté le maillot d’une autre sélection, il aurait une notoriété bien différente. David Lemi est sans doute l’un des joueurs le plus fluets du circuit international avec son mètre soixante-quinze et son poids variable qui a du mal à dépasser les 80 kg, même avec des grosses séances de musculation. Il défend les couleurs des Samoa depuis douze ans, il a participé à deux Coupes du monde, il aurait mérité d’en faire trois si une blessure au cou ne l’avait pas contraint à déclarer forfait en 2015. L’été dernier pour son retour, il fut nommé capitaine. « J’étais très déçu de ne pas faire le Mondial, mais apparemment le Seigneur avait encore des projets pour moi. »

Mais le grand public français aurait bien du mal à mettre un visage sur son nom. David Lemi s’est contenté de quelques moments de gloire assez brefs. En 2011, en Coupe d’Europe, c’est lui qui, sous le maillot des Wasps, crucifia Toulouse en plongeant au fin fond de l’en-but à la dernière minute. Les Wasps traversaient une mauvaise passe et cet essai prit un tour héroïque. Dans la pénombre d’une soirée hivernale, on le revoit faire un dribbling droit devant lui pour marquer un essai simpliste, juste pour l’honneur, ce qui priva Toulouse d’un quart à domicile. Le genre d’exploits gratuits, mais inoubliables pour ceux qui l’ont vécu.

L’hommage de Watson

Parmi ses autres trophées « officieux » on citera cette déclaration du jeune ailier anglais Anthony Watson : « David Lemi est l’adversaire direct le plus difficile que j’ai eu à affronter. Ce n’est pas le plus costaud physiquement, mais il m’a posé énormément de difficultés avec ses appuis. Contre lui, j’ai toujours eu le sentiment d’apprendre quelque chose. » Oui, sa carrière aurait pu être bien plus prestigieuse au regard de son talent. Il fut le second meilleur marqueur d’essai du championnat anglais en 2005-2006 (8) et le meilleur en 2006-2007 (11). En 2009, David Lemi reçut aussi le prix Sunday Times du plus bel essai de la saison lors d’un Bristol-Bath. En 2014-2015, il franchit encore douze fois la ligne en championnat de D2.

Peut-être aurait-il pu faire d’autres choix de clubs ? Il a joué pour les Wasps alors que le club était dans la panade financière, ses autres écuries n’avaient pas non plus les moyens de viser bien haut : Glasgow, Worcester et par deux fois Bristol, son équipe et sa ville de cœur apparemment. Avec ce maillot, cette saison par exemple, il attend encore de gagner son premier match de championnat après sept journées. Avec ce maillot, en 2015, il fut l’un des joueurs les plus brillants d’un double barrage d’accession extraordinaire, perdu de deux points à la dernière minute par Bristol contre… Worcester le club qu’il avait quitté huit mois plus tôt.

David Lemi est donc un joueur à part, un talent célébré surtout par les connaisseurs et les exégètes du championnat anglais dans ce qu’il a de plus quotidien. S’il avait eu l’opportunité de jouer à Leicester, à Toulon et à Clermont, il serait peut-être une grande vedette…

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?