Picamoles, dans la forme de sa vie

  • Picamoles, dans la forme de sa vie
    Picamoles, dans la forme de sa vie
Publié le , mis à jour

Le numéro huit de l’Equipe de France est dans une forme olympique en ce début de saison. Son intégration express dans son nouveau club de Northampton n’y est pas étrangère.

Lorsque que Louis Picamoles a décidé de quitter le Top 14 et le Stade toulousain en fin de saison dernière, beaucoup se sont inquiétés. Pour le joueur lui-même, dans un premier temps. Allait-il s’adapter à ce nouveau championnat ? A sa nouvelle équipe ? Puis pour l’Equipe de France, ensuite. Titulaire indiscutable au poste de numéro huit depuis quelques saisons, son départ inquiétait le staff des Bleus. Picamoles allait-il pouvoir être libéré par son club lors des échéances internationales ? Et pour les stages de préparation ?

Mais quatre mois ont passé et toutes ces questions ont été balayées. L’ancien montpelliérain n’a pas mis longtemps à se fondre dans le collectif des Saints, devenant même dès les premiers matchs un des piliers de l’équipe. Ses coéquipiers et son entraîneur furent impressionnés par la puissance et la qualité de leur recrue. « C’est bien simple : il est actif sur presque chacune de nos actions décisives », a déclaré Jim Mallinder. « Quand il part au contact, vous savez déjà qu’il va avancer et, surtout, qu’il va s’en sortir avec une passe. C’est lui qui impose le rythme et l’avancée de toute l’équipe. C’est un joueur de classe mondiale. »

Des statistiques impressionnantes

Dès sa deuxième apparition en Premiership, Picamoles a ouvert son compteur d’essai. Face à Bristol (32-10), à la suite d’un maul, le joueur de 30 ans a aplati dans l’en-but. De quoi être adopté de suite par les fans des Saints. S’en est suivi, lors des matchs suivants, des plaquages dévastateurs, des mètres gagnés à la pelle ballon en main et une envie à toute épreuve. Idem en Coupe d’Europe, notamment lors du premier match contre Montpellier (16-14) où l’enfant du MHR a montré à la France qu’il n’avait rien perdu de ses qualités. Lors de cette rencontre, il réussit à battre cinq défenseurs, a effectué deux franchissements, deux passes après-contact et termina la rencontre avec 102 mètres parcourus ballon en main.

Des statistiques qui font dire à Laurent Depret, journaliste à SFR Sport dans L’Equipe du 15 octobre : « il est affûté comme jamais, [il] enchaîne les grosses performances. En quatre matches, je ne l’ai vu reculer qu’une seule fois. » Pas de quoi, alors, inquiéter le staff des Bleus lorsque celui-ci l’a récupéré pour préparer la réception des Samoas. Grâce à l’accord trouvé avec les Saints, Picamoles a pu être présent à Marcoussis puis lors du stage à Cannet-en-Roussillon. De quoi permettre à Guy Novès et à ses hommes de travailler de manière optimale avec lui.

D’autant plus que ce match face aux Samoas relève d’une saveur particulière pour le numéro huit de Northampton. Formé à Montpellier, « King Louis » a rejoint la Ville Rose et le Stade toulousain en 2009. Idole d’Ernest-Wallon, il connaît bien le Stadium, qu’il retrouvera samedi, pour y avoir joué à de nombreuses reprises. A coup sûr, un accueil particulier et une ovation lui sera réservée, lui qui a évolué sept ans sous les couleurs des Rouges et Noirs. Cela aurait été dommage qu’il soit retenu par son club.

Par Kevin Saccani

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?