Angleterre, retour aux affaires

  • Angleterre, retour aux affaires
    Angleterre, retour aux affaires
Publié le , mis à jour

Les Anglais n’ont plus perdu depuis un an et n’ont plus battu les Springboks depuis dix ans. Eddie Jones espèrent briser cette série noire même si les blessés sont légion.

Les mésaventures du dernier Mondial semblent tellement loin… Les Anglais sont désormais sur une série de neuf victoires consécutives et ils comptent bien en profiter pour briser la malédiction qui les lie aux Sud-Africains. La Rose n’a plus empoisonné le Springbok depuis… 2006. Dix ans de pénitence, neuf défaites et un match nul, c’était Martin Corry qui commandait les Anglais pour ce dernier succès, très court en plus (23-21) avec des essais de Cueto et de Vickery. Quand on regarde le bilan 2016 des deux nations, on ne peut pas ne pas se dire que les Anglais devraient s’imposer les doigts dans le nez demain. Le 3-0 infligé à l’Australie a fait des Anglais les sous-ogres du rugby mondial (derrière les All Blacks).

Dix forfaits

Mais l’euphorie des six premiers mois risque d’être dissipée car depuis la reprise de la saison, Eddie Jones est aux prises avec une cascade de blessures. Dix joueurs de premiers plans sont déjà forfaits : c’est-à-dire Clifford, Cowan-Dickie, Haskell, Itoje, Kruis, Nowell, Tuilagi, Watson plus les méconnus troisième ligne Sam Jones (Exeter) et Mike Williams (Leicester) qu’on voyait venir gros comme des maisons avant qu’ils ne se blessent à leur tour. Eddie Jones a donc amené ce qui lui restait en stage au Portugal avec une bonne nouvelle, le rétablissement de Courtney Lawes pourtant touché à un genou.

Un coach treiziste pour la défense

Tout ça a valu un début de polémique entre le sélectionneur et les clubs qui n’ont pas trop apprécié que certains joueurs se soient blessés lors de stages de l’équipe nationale. Comme quoi, la politique de contrôle maximum des joueurs par la RFU ne préserve pas de tous les problèmes. Eddie Jones est allé à la rencontre des patrons des équipes de l’Elite pour aplanir les difficultés.

Mais le « gourou » australien du rugby anglais a continué à surprendre son monde. Il a recruté pour une pige Jason Ryles, un technicien spécialiste de la défense venu des Melbourne Storm, une équipe treiziste de NRL connue pour son imperméabilité.

Paul Gustard, l’adjoint habituel chargé de la défense assure qu’il n’en a pas pris ombrage. « Nous voulons faire de ce secteur notre marque de fabrique. La venue de Jason pendant deux semaines pour épauler Paul va nous faire beaucoup de bien. Il y a certains détails techniques que le Treize peut nous apprendre », a commenté Eddie Jones. En juin dernier, les Anglais avaient déjà impressionné tout le monde en réussissant 217 plaquages lors du deuxième test face aux Wallabies à Melbourne.

Mais le patron du XV de la Rose veut prouver encore plus dans ce secteur conserver un avantage psychologique sur ses adversaires.

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?