Bordeaux, à bout de souffle

  • Bordeaux, à bout de souffle
    Bordeaux, à bout de souffle
Publié le

Au terme d'une deuxième mi-temps peu maîtrisée, les Girondins s'imposent d'une courte tête (24-22) au Stade des Alpes face à des Grenoblois plus entreprenants, mais toujours trop courts...

LE MATCH

Placé au pied du mur par la victoire de Pau en début d'après-midi, les Isérois n'avaient d'autre choix que de s'imposer sur leur pelouse du Stade des Alpes. Une pression qui s'est ressentie dans les premières minutes où, mus par l'envie de bien faire, les Grenoblois ont asphyxié l'UBB jusqu'à inscrire un superbe essai, au bout d'une longue passe de Wisniewski et surtout d'un immense travail préparatoire. Las pour ces derniers, leur mêlée donnait rapidement des signes de fatigue, permettant aux Girondins de revenir dans le match. Insistant avec intelligence sur les bordures des rucks, les coéquipiers de Maynadier parvenaient ainsi à trouver des espaces. L'essai de Lesgourgues en étant la meilleure illustration, qui permettait à l'UBB de logiquement tourner en tête au repos. On crut même que les Girondins allaient empocher la mise, après une entame de deuxième mi-temps terrible pour les Grenoblois, crucifiés par un essai refusé par la vidéo puis un contre de cent mètres de Ducuing. Et une fois de plus, malgré une deuxième période formidable de courage, d'abnégation, les Grenoblois ne pouvaient que baisser la tête à la fin du match. À l'image, finalement, du drop trop court de Gilles Bosch à une minute du coup de sifflet final...

 

LE TOURNANT

Il eut incontestablement lieu au retour des vestiaires. Lorsqu'après un long temps fort grenoblois consécutif à un dégagement de Rey contré, un essai de Jammes sur pénaltouche fut d'abord refusé après un interminable arbitrage vidéo par M. Attalah. S'ensuivit alors une longue séquence au bout de laquelle une longue passe de David Mélé fut interceptée sur sa ligne d'en-but par Nans Ducuing. Tout juste entré en jeu à la place de Buttin, l'arrière bordelais profitait de sa fraîcheur pour remonter tout le terrain, en se permettant même un raffût sur Gio Aplon. Bien que non transformé, l'essai en coin permettait à l'UBB de prendre dix points d'avance au score. Une avance qui faillit bien ne pas suffire aux Girondins, mais qui ne fut pas de trop pour lever les bras après un final suffocant... 

 

L'ACTION

Dans un match peu avare de rebondissements et d'actions peu académiques en tous genres, l'essai inscrit par Yann Lesgourgues à la 36e avait le mérite de la fluidité. Au départ ? Un simple démarrage de Blair Connor au bord d'un ruck, zone trop facilement désertée par les défenseurs grenoblois en fin de première période. L'accélration de l'ailier girondin laissait sur place Rory Grice, Connor concluant son démarrage par un deux contre un d'école sur Aplon, dont profitait Lesgourgues pour aller à dame.

 

LE JOUEUR

Il n'est probablement pas le plus glamour ni le plus visible des joueurs de l'UBB. Et pourtant, quel guerrier ! De tous les rucks, de tous les plaquages, de tous les combats, le flanker girondin Luke Braid a abattu un travail colossal jusqu'au bout des arrêts de jeu. De quoi largement mériter une palme d'homme du match qu'aurait également pu briguer le demi de mêlée Yann Lesgourgues, de tous les bons coups de son équipe.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?