Doussain : « Nous avions envie de ballons »

  • Doussain : « Nous avions envie de ballons »
    Doussain : « Nous avions envie de ballons »
Publié le

Entré en jeu prématurément pour pallier la blessure de l'ouvreur François Trinh-Duc, le Toulousain Jean-Marc Doussain a avoué avoir pris beaucoup de plaisir au Stadium… De bon augure avant d'affronter les Wallabies.

Quel crédit accorder à cette large victoire ?

Il fallait bien le démarrer, ce match. Nous avons eu un peu de mal au début, mais nous y sommes entrés petit à petit. Notre première mi-temps a été plutôt aboutie, même si nous avons eu quelques moments de flottements mais il n'est jamais facile de marquer cinquante points dans un match international, même si les deux prochaines rencontres vont être d'un autre calibre.

 

Il ne faut pas se laisser griser ?

Non bien sûr... Mais ne vous inquiétez pas pour cela, notre staff connaît bien les exigences du haut niveau, et le groupe est suffisamment mature pour ne pas tomber dans le panneau. Les deux autres match seront d'un tout autre niveau, et il n'y aura pas quarante points d'écart.

 

On a pas eu l'impression que Virimi Vakatawa n'avait pas joué depuis les Jeux...

Justement, Virimi avait justement envie de ballons, envie de ballon et envie de faire jouer les copains. Cela s'est vu, car si il a marqué un triplé il a aussi fait marquer des essais. Après, il faut surtout mettre le collectif en avant. Tout le monde a pris beaucoup de plaisir sur le terrain, et ça c'est très important.

 

On imagine que vous étiez dans le même cas...

Oui bien sûr, j'avais envie de ballons, de la même façon que l'équipe avait envie de ballons. C'est d'ailleurs la philosophie de Guy et du staff, car nous avons bien vu que nous sommes dangereux quand nous avons le ballon. Dès que nous avons laissé le ballon aux Samoans, nous avons dû subir leurs attaques. Ce sera pareil quand nous affronterons l'Australie et la Nouvelle-Zélande.

 

Vous semblez avoir plus d'automatismes au poste qu'auparavant...

Tout à fait, c'est une bonne chose que mon club, le Stade toulousain ait décidé de me fixer à ce poste, même si on est constamment remis en question, en club comme en sélection. Mais il est évident qu'aujourd'hui, j'ai bien plus de repères qu'avant à ce poste, c'est tant mieux pour moi. 

Simon Valzer
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?