Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 11e journée

  • Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 11e journée
    Top 14 : ce qu'il faut retenir de la 11e journée
Publié le , mis à jour

Castres qui poursuit son petit bonhomme de chemin, le Stade Français qui inquiète et des décisions arbitrales contestées, voici ce qu'il faut retenir de ce onzième week-end de Top 14.

Le match du week-end : La Rochelle – Toulouse

Oui, le Stade rochelais reste invaincu à Marcel-Deflandre. Mais les hommes de Patrice Collazo ont tremblé ce dimanche face à Toulouse. Privé de nombreux joueurs, le Stade toulousain a posé de gros problèmes au deuxième du championnat revenant notamment de 19-6 à 19-19 à dix minutes de la fin. Mais deux coups de pied de Zack Holmes ont offert la victoire aux Rochelais (25-19) permettant à ces derniers de conserver leur place de dauphin. Mieux, la défaite sans point de Clermont à Bayonne les fait revenir à seulement deux petits points.

 

 

L'équipe en hausse : Castres

Auteurs de bonnes prestations depuis quelques semaines, les Castrais n'avaient pas été récompensés la semaine passée à Ernest-Wallon, concédant une défaite sur le fil face à Toulouse (15-16). Ce samedi, les hommes de Christophe Urios ont largement dominé Brive, un concurrent direct (32-13), grâce notamment à deux essais de Tulou et Jenneker. Ce succès permet au CO de grimper à la huitième place à deux points des places qualificatives. Le Castres – Toulon de la semaine prochaine vaudra le détour !

 

 

L'équipe en baisse : le Stade Français

Battu à Bordeaux-Bègles la semaine passée, le Stade Français a de nouveau chuté à l'extérieur pour la sixième fois consécutive ce week-end. Auteurs d'une entame de match catastrophique et défaits à Mayol (12-31), les Parisiens se retrouvent dans la même situation que la saison dernière. A savoir, à un rang de douzième et avec une priorité : assurer le maintien avant tout. Une éclaircie tout de même : la défaite de Grenoble laisse les hommes de Gonzalo Quesada avec sept points d'avance sur la zone rouge.

 

 

Le fait du week-end : les arbitres contestés

Que ce soit du côté de Bayonne, Grenoble ou Lyon ce week-end, on s'est senti floué par l'arbitrage. A Bayonne, le carton rouge adressé à Broster pour plaquage dangereux peu avant la mi-temps a obligé les Basques a joué à quatorze durant la seconde période. Heureusement sans conséquence puisque l'Aviron bayonnais s'est imposé face à Clermont (22-14). Mais du côté de la région Rhône-Alpes, le sentiment d'injustice ne fût pas attenué. Les isérois n'ont toujours pas compris comment Monsieur Attalah n'a pas accordé l'essai de Jammes suite à un ballon porté qui aurait pu permettre au FCG de prendre l'avantage. Du côté de Lyon, Pierre Mignoni a du mal à digérer le fait que Monsieur Brousset n'est pas accordé un essai de pénalité à ses joueurs après une succession de mêlées à cinq mètres de l'en-but du MHR et alors que les hommes de Jake White étaient sans cesse sanctionnés. Comme on le si souvent, l'arbitre fait parti du jeu.

 

 

 

Le XV du week-end :

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?