[FRANCE - AUSTRALIE] Fickou décrypte l'Australie

  • [FRANCE - AUSTRALIE] Fickou décrypte l'Australie
    [FRANCE - AUSTRALIE] Fickou décrypte l'Australie
Publié le

Remplaçant pour le choc de samedi soir (21h au Stade de France) face à l'Australie, Gaël Fickou évoque cette équipe des Wallabies mais aussi les atouts du XV de France.

Pour la deuxième semaine consécutive, le centre toulousain Gaël Fickou ne sera pas titulaire avec le XV de France. Une situation que le joueur de 22 ans accepte : « C’est chacun son tour », lâche t-il. « J’étais titulaire au Tournoi des 6 Nations, Rémi (Lamerat) ne l’était pas. La roue tourne. Je ne lâcherai pas le morceau. » Une concurrence saine donc au poste de centre et obligatoire au vu des nombreux joueurs de qualité présents aux côtés des ailiers.

 

Ce seront donc Rémi Lamerat et Wesley Fofana qui débuteront face aux Wallabies ainsi que les deux « fidjiens » Vakatawa et Nakaitaci sur les ailes. Un choix justifié pour Fickou : « Ce sont deux joueurs incroyables, dotés de qualités que peu de joueurs européens disposent. Ils vont à 10 000 (sic), sont costauds, plaquent fort… ». En somme, des atouts capables de contrer cette équipe australienne vice-championne du monde.

 

« L’Australie évolue deux niveaux au-dessus de notre dernier adversaire », argumente le toulousain. « Elle fait partie des trois meilleures nations au monde. » D'autant qu'elle vient de s'imposer au Pays de Galles et en Ecosse, deux nations que le XV de France n'avaient pas réussi à surprendre lors du dernier Tournoi des Six Nations.

 

Alors lorsque l'on demande à Gaël Fickou ce dont ses coéquipiers devront se méfier, il n'est pas à court d'arguments. « Les Wallabies tiennent le ballon, sont très rapides, particulièrement créatifs dans leurs lancements de jeu, puissants à l’impact… Toute la semaine, nous avons donc mis l’accent sur la défense, histoire de contrer leurs multpiples lancements. Tout se jouera là-dessus. Si nous relâchons notre attention ne serait-ce qu’une seconde en défense, nous nous ferons déchirer. »

 

Individuellement aussi les Wallabies possèdent de grands atouts à l'image de Kuridrani ou Hodge. Fickou encore : « J’ai affronté Kuridrani à deux reprises, dans ma carrière. Il fait partie des références au centre. Il a un gabarit hors-normes, une accélération foudroyante. Je regarde beaucoup le Super 18 et Kuridrani est un joueur que je respecte énormément. A ses côtés, Reece Hodge est très athlétique, fort en défense… »

 

Que ce soit donc collectivement ou individuellement, le danger australien viendra de partout ce samedi soir.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?