[FRANCE - AUSTRALIE] Messieurs, votre chance est là !

  • [FRANCE - AUSTRALIE] Messieurs, votre chance est là !
    [FRANCE - AUSTRALIE] Messieurs, votre chance est là !
Publié le , mis à jour

Le XV de France affronte une équipe d’Australie fortement remaniée ce samedi soir (21 heures). De quoi permettre aux Bleus d’accrocher le vice-champion du monde à leur tableau de chasse ?

Guy Novès le prendra-t-il comme une forme de mépris ? C’est possible. S’en servira-t-il pour faire monter ses joueurs aux arbres, dans son discours d’avant-match ? C’est certain. Vainqueurs du pays de Galles (32-8) et de l’Ecosse (22-21) avec une équipe dite type, les Wallabies ont décidé de se passer de leurs stars à Paris. Israel Folau, le meilleur arrière du monde, est ménagé. Bernard Foley, l’un des buteurs les plus précis de la planète, est sur le banc de touche. Michaël Hooper, le golden boy des Waratahs, est laissé au repos. Sekope Kepu ? Placé dans le formol, le meilleur droitier de la planète n’aura pas l’occasion de montrer à Raphaël Ibanez -son ancien entraîneur à Bordeaux- qu’il valait mieux que le pilar un peu balourd ayant sévi en Gironde à l’issue du Mondial anglais. Du coup, les 70 000 spectateurs du Stade de France se contenteront de quelques bizuts dans la ligne et de l’inconsistant Quade Cooper à l’ouverture. « Michaël Cheïka (le sélectionneur des Wallabies, N.DL.R.) est ainsi, nous confiait son bras droit Mario Ledesma en début de semaine. Il fait confiance aux hommes en forme. Et ceux alignés au Stade de France le sont, croyez-moi. » Derrière le discours de façade de l’ancien talonneur des Pumas, on jurerait pourtant que le sélectionneur australien a cet automne ciblé un grand chelem face aux quatre nations britanniques (pays de Galles, Ecosse, Angleterre et Irlande) et qu’à l’heure actuelle, il estime avoir déjà parcouru la moitié du chemin…

«Ceux qui hésitent à jouer ne resteront pas avec nous»

De fait, les Bleus se voient ce soir offrir une chance inestimable d’enchaîner une troisième victoire consécutive (après l’Argentine cet été et les Samoa, la semaine dernière) et de marquer leur territoire, en vue du clash tant attendu face aux All Blacks. En revanche, une défaite face aux réservistes australiens serait du plus mauvais effet… A la question de savoir si les Bleus seront face aux doublures australiennes aussi entreprenants qu’ils ne le furent huit jours plus tôt face aux Samoa (52-8), le sélectionneur national n’a finalement pas laissé la place au doute. « Notre credo reste le même. Il faut jouer quitte à être momentanément en échec. Si on recule, on ne les mettra jamais en danger. C’est donc une obligation d’affronter les Australiens avec nos armes. Ceux qui hésitent à jouer ne resteront pas avec nous. » Dont acte.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?