Tricastin, des points à rattraper

  • Tricastin, des points à rattraper
    Tricastin, des points à rattraper
Publié le , mis à jour

Le derby. Tricastin l’aborde avec beaucoup d’appétit, après sa défaite face à Hyères/Carqueiranne (18-27). Un revers tout sauf illogique, mais qui met les Atomistes sous pression. Et ce, en vue d’une éventuelle qualification.

Réaliser un exploit. C’était le mot d’ordre qui habitait les têtes tricastines, dimanche. Et pour cause. Hyères/Carqueiranne, leader incontesté de la poule 4, se présentant à la Cité 3. Une suprématie, à laquelle le RCT a finalement dû se résoudre. «Notre défaite est logique, dans le sens où ils ont pratiquement eu tous les ballons. Jamais nous ne sommes parvenus à jouer réellement dans l’avancée et nous avons parfois eu l’impression de taper contre un mur. Aujourd’hui, nous avons tout simplement joué une équipe meilleure que nous» analyse Patrick Morel, l’entraîneur des trois-quarts drômois. Le constat est implacable, à l’image du froid réalisme varois. Oui, le leader a joué pour marquer trois essais et empocher le bonus offensif. Au-delà des chiffres, il a surtout livré le match parfait à l’extérieur. «Ils nous ont constamment mis sous pression et nous avons eu du mal, à sortir de chez nous. Derrière, nous prenons de deux ballons portés qui débouchent sur deux essais. Cela nous a coûté cher, puisque nous avons toujours couru après ces quatorze points» complète Bruno Homs, l’entraîneur des avants drômois. Ameur puis Ormea récompensant les premières incursions du leader, dans les vingt-deux mètres adverses (6-14, 21e). Une force de frappe, à laquelle les Atomistes se sont pourtant longtemps accroché. Le pied de Gomez et Poet Belmonte maintenant le RCT, dans le coup. «Tout au long du match, nous sommes revenus petit à petit et nous aurions même pu avoir l’opportunité de passer devant. Le fait est que cela ne nous a pas souri, malgré le peu de possession que nous avons eu dans leur camp» souligne Patrick Morel. Un drop de Viard sur un mauvais jeu au pied, tuant en suivant tout suspens (18-21, 64e puis 18-24, 66e).

Le derby pour se relancer

Trop, pour pouvoir espérer faire chuter les Varois. Et ce, pour la première fois depuis un déplacement à Bédarrides/Châteauneuf-du-Pape (9-7). Oui mais voilà, la débauche d’énergie drômoise ne débouche sur aucun point. Un refrain qui revient, au fil des points envolés. «Il s’agit de matchs complètements différents, au final. Nous aurions dû gagner à Châteaurenard et à Saint-Jean-en-Royans, mais aujourd’hui le score est logique. L’amertume est donc moins forte, même si nous laissons peut-être échapper le bonus défensif» tempère Bruno Homs. Sixième du classement, le RCT est en effet à la croisée des chemins. Cinq points le séparant de la quatrième place et six de la neuvième, occupée par Montélimar. Le derby de dimanche chez les Nougatiers, sonnant donc comme un révélateur. «Il s’agit toujours d’un match particulier, entre deux équipes qui se connaissent. Maintenant, nous ne pouvons le laisser passer car il nous faut rattraper les points perdus. Le minimum sera donc de prendre de quatre points» présente Patrick Morel. Histoire de bien finir l’année civile, en championnat. Le forfait général de Saint-Etienne laissant au repos, les partenaires de Ludovic Zanini dimanche prochain. «Nous savons que ce bloc de deux matchs est extrêmement important. Si nous avions battu Hyères/Carqueiranne, cela aurait quasiment pu compter comme une victoire à l’extérieur. Cela n’a pas été le cas et il nous faut donc gagner hors de nos bases, avant un mois de janvier dense» rappelle Bruno Homs. Nice, Châteaurenard et Bédarrides/Châteauneuf-du-Pape se présentant notamment, à la Cité 3.

Un besoin de points

Problème, s’imposer à Montélimar ne sera pas une sinécure. Déjà battus deux fois à domicile, les Montiliens abattent en effet une carte majeure en vue du maintien. Un nouveau revers pouvant enfoncer encore un peu plus, la lanterne rouge. «Je m’attends à un match compliqué, chez une équipe surprenante. Ils ont réussi à gagner à Nice, avant de perdre contre Voiron à domicile. Nous devrons la prendre au sérieux, si nous voulons espérer gagner dimanche» décrypte Patrick Morel. Ce même derby qui a si souvent réussi au RCT, ces dernières saisons. Les Tricastins n’en ayant perdu qu’un, depuis la remontée du club en Fédérale 2, en 2011. Montélimar ayant évolué il est vrai, durant trois ans à l’échelon inférieur. «Pour nous, ce sera un match à l’extérieur comme les autres. D’autres ingrédients vont peut-être entrer en ligne de compte, mais nous n’avons pas intérêt à appuyer sur cette notion de derby. Montélimar a peut-être plus intérêt, à ce que ce soit le cas» conclut Bruno Homs. Une partie de poker qui trouvera son épilogue, dimanche dès 15h. Et ce, pour le premier acte du derby de la Drôme Provençale.

Par Corentin Vaissière

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?