[FRANCE - AUSTRALIE] Baille : « Ça n'a pas souri »

  • [FRANCE - AUSTRALIE] Baille : « Ça n'a pas souri »
    [FRANCE - AUSTRALIE] Baille : « Ça n'a pas souri »
Publié le / Mis à jour le

Auteur de douze plaquages et d'une performance honorable en mêlée fermée, le jeune pilier toulousain Cyril Baille a répondu aux attentes pour sa première titularisation en bleu. Impressions.

Guy Novès avait fait peser une certaine pression avant votre première titularisation, en espérant que nous n'alliez « pas vous contenter d'être un bon entrant ». De quoi faire monter la pression avant le match ?

C'était particulier, bien sûr.. J'ai essayé de ne pas me mettre trop de pression, mais ce n'était pas facile. D'habitude l'essaie de ne pas trop écouter ni lire ce qui est dit dans la semaine, mais j'avais bien sûr eu connaissance des propos de Guy Novès avant le match. Et cela m'avait motivé pour réaliser la meilleure performance possible.

 

Comment expliquez-vous les deux visages présentés par votre équipe ?

À la mi-temps, nous nous sommes faits un peu rentrer dedans parce que nous étions trop timides. Il y a eu du mieux en deuxième période puisque nous sommes finalement passés tout près de battre l'Australie. Le rythme était assez élevé, cela change du championnat, mais c'est justement ce qui fait la beauté de jouer à ce niveau. Et à haut niveau, un match se joue sur des détails...

 

Notamment ce ballon porté, qui vous coûte la double peine, essai de pénalité et carton jaune. Que s'est-il passé sur l'action, alors que l'on vous sentait plutôt dominateurs en conquête ? On a l'impression que cet essai a constitué le tournant du match...

Ils ont très bien joué le coup. Ils se sont mis très rapidement en position et nous ont pris de vitesse, tout simplement. Nous avons toutefois su vite rebondir puisque nous sommes revenus au score, mais c'est vrai qu'à partir de là ce sont eux qui ont fait la course en tête et qui ont bien géré leur avance. 

 

À titre personnel, même si elles n'ont pas été nombreuses, votre tenue de mêlée a dû vous satisfaire...

Il n'y en a pas eu beaucoup, mais elles se sont plutôt bien passées pour nous. (sourire) En première mi-temps, l'arbitre nous a même récompensé d'un coup-franc et d'une pénalité juste avant la pause...

 

Il ne vous a toutefois pas récompensé jusqu'au bout, si on en juge par la dernière action. De quoi nourrir une petite frustration ?

Je n'étais plus sur le terrain à ce moment-là... On a le sentiment de la dominer, oui, mais on ne va pas revenir là-dessus. Le ballon, nous l'avions en main. C'est nous qui contrôlions notre destin. Ça n'a pas souri, c'est tout. La semaine prochaine arrivent les Blacks, un autre très gros morceau, la meilleure équipe du monde. Ne pas avoir gagné aujourd'hui ne va pas nous abattre, car affronter les Blacks, c'est la meilleure motivation qui soit. Les affronter, c'est un rêve. Il faudra juste ne pas les regarder jouer...

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir