Aurillac, une victoire compliquée, mais une victoire quand même

  • Aurillac, une victoire compliquée, mais une victoire quand même
    Aurillac, une victoire compliquée, mais une victoire quand même
Publié le , mis à jour

Les Aurillacois se sont défaits des Biarrots (31-20), mais rien n'a été facile durant cette rencontre.

Le match :

La première période a été crispante avec un gros volume de jeu de part et d'autre. Aurillac a pourtant lancé les hostilités d'emblée. Au terme d'un beau mouvement, McPhee en bout de ligne, signe parfaitement son retour après 80 jours d'absence. On se dit que les Aurillacois vont dérouler, mais que nenni. Les Biarrots se rebiffent et jouent tous les ballons. Contre le vent, ils vont ainsi inscrire deux essais (10' et 18'), histoire de rappeler qu'ils ne cèderont rien (8-12 puis 11-15). Heureusement, le pied de Renaud puis un essai de Lilomaiava dans les dernières secondes vont remettre Aurillac dans le sens de la marche avant la pause (21-15). Au retour des vestiaires, c'est Pélissié va va à Dame pour assommer le BO pense-t-on. Mais les Basques vont vendre chèrement leur peau pour aller chercher le bonus défensif. C'est tout d'abord Sousa qui laisse un espoir à la 69 (31-20) avant que le BO, à 14 contre 15, ne soit stoppé à quelques mètres de l'en-but aurillacois. La victoire aurillacoise est logique et replace les Cantalous sur le podium. Biarritz peu regretter une première mi-temps plus qu'encourageante.

 

L'homme du match : Adrien Pélissié

La « taupe » au four et au moulin dans cette rencontre. Plaqueur infatigable, il a bonifié tous les ballons qu'il a touché. Il sera récompensé d'un essai bien mérité pour ce match plein.

 

L'essai du match : Jack McPhee

Même si le contre de Tim Giresse de 80 mètres aurait mérité aussi les honneurs pour le BO, on donnera l'essai du match à l'Aurillacois Jack McPhee. De retour après 80 jours d'absence en raison d'un protocole commotion où aucun risque n'aura été pris, le Néo-Zélandais s'est illustré au bout de quatre minutes à peine. Placé exceptionnellement l'aile, il sera à la conclusion d'un mouvement, initié par Paul Boisset qui prend l'intervalle, casse la ligne, passe à Atoine Renaud qui relaie pour McPhee en bout de ligne.

Par Jean-Marc Authié

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?