Boughanmi : De la Rade à l’Océan

  • Boughanmi : De la Rade à l’Océan
    Boughanmi : De la Rade à l’Océan
Publié le , mis à jour

Mohamed Boughanmi, pilier de 25 ans de l’effectif jaune et noir, est arrivé en Charente Maritime cet été. Lui, l’enfant de banlieue parisienne, qui n’avait pas trouvé son bonheur du côté de la rade, s’épanouit aujourd’hui au Stade Rochelais.

Rien ne prédestinait Mohamed Boughanmi au rugby … et pourtant. Issue d’une famille de lutteurs, c’est sur les tapis qu’il a commencé sa jeune carrière de sportif à l’âge de 8 ans jusqu’à ses 14 ans en parallèle avec la pratique du ballon vale. Mais dans la lutte, il ne s’épanouissait plus, et surtout sa catégorie de poids n’existait plus : « j’étais trop gros surtout » déclare t-il en toute simplicité.

Et c’est à ce moment précis qu’il a décidé de s’investir pleinement dans le rugby. Jamais pourtant il ne fut question d’en faire son métier....

S’il a débuté ce sport à Bagnolet , c’est chez les espoirs du Stade Français que le garçon a continué à toucher du ballon ovale. Mais comme tout adolescent qui se respecte, Mohamed Boughanmi a fait des « bêtises » comme il aime si bien le dire.

Et du jour au lendemain, il s’est donc retrouvé à travailler dans le restaurant de ses frères. A côté de cela il avait repris le rugby du côté, de Bobigny en Seine-Saint-Denis, pendant deux ans, en Fédérale 1 : « Pour moi à cette époque le rugby était juste un plaisir. »

Et c’est le club de Béziers en 2013 qui fait appel à lui : « C’est grâce à ce passage à Béziers que je suis devenu professionnel. »

Sa première année en Pro D2 a été certes difficile, avec une opération du genou, mais elle fut essentielle pour lancer sa carrière. Lors de sa deuxième saison dans le club biterrois, le pilier a ainsi enchaîné 20 feuilles de matchs et trois essais.

Ce qui lui permet en 2015 d’attirer les sirènes toulonnaises qui lui font les yeux doux. Direction le RCT.

La renaissance rochelaise

Après deux années passées en Pro D2, c’est donc du côté de la rade, que Mohamed Boughanmi pose ses valises. Des valises remplies d’espoir et d’envie, mais dont le scénario laisse une impression mitigée. C’est simple, le jeune pilier n’a fait que six feuilles de match dont une titularisation face à Brive en octobre 2015 (en pleine Coupe du monde) . Et il l’avoue lui-même que sa vie dans le club toulonnais n’était pas rose tous les jours : « Mentalement à Toulon, ça n’allait pas. J’enchainais les blessures et pour être honnête, je n’ai pas progressé, j’ai même régressé. Le staff toulonnais ne m’a pas donné les moyens de réussir. »

Pourtant l’année dernière, Patrice Collazo l’avait déjà contacté pour intégrer l’effectif rochelais : « C’était trop tard. Mais Patrice Collazo est une personne que je respecte énormément. Je l’ai rencontré à l’âge de 18 ans au pôle France à Marcoussis et je dois dire que j’ai eu beaucoup de chance que Patrice me rappelle cette année. » Et même si on se doute qu’il n’a pas hésité longtemps à quitter Toulon pour le Stade Rochelais, aujourd’hui une chose est sûre : Il a fait le bon choix.

Malgré un début de saison compliqué (blessure à l’épaule), il a réussi à trouver sa place dans cette équipe rochelaise : « Si à Toulon, je n’ai pas eu la chance de prouver ce que je valais, aujourd’hui, Patrice Collazo a vraiment confiance en moi et me donne le temps de jeu nécessaire pour que je m’exprime. »

En effet, avec déjà huit feuilles de match en Top 14 et une en Challenge Cup, dont quatre titularisations et un essai, le talent de Mohamed Boughanmi est en train d’éclore.

Samedi soir, face à Bordeaux, le joueur était remplaçant mais il est très vite entré en jeu pour tenir la baraque en première ligne.

Un avenir radieux se dessine désormais pour lui du côté de l’Océan Atlantique, lui l’enfant du 93 qui n’imaginait certainement pas un tel parcours dans ce sport.

Par Jessica Fiscal à La Rochelle

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?