[France - Nouvelle-Zélande ] Chiocci et ses silences

  • [France - Nouvelle-Zélande ] Chiocci et ses silences
    [France - Nouvelle-Zélande ] Chiocci et ses silences
Publié le , mis à jour

Xavier Chiocci (26 ans, 6 sélections) est revenu dans le groupe France juste avant l'Australie, en "profitant" du forfait sur blessure de Jefferson Poirot. Un retour en pleine lumière pour le pilier toulonnais pas vraiment à l'aise face aux médias. Un taiseux qui ne se cache pas. 

C’est l’histoire d’un mec qui n’aime pas trop parler. Un doux euphémisme, disons-le. Souriant dans sa barbe pour mieux faire passer des phrases jamais terminées. Préférant la grimace aux grandes théories pour répondre à une question sur sa polyvalence, gaucher un temps imaginé à droite de la mêlée… Xavier Chiocci n’est pas resté des plombes dans l’auditorium du CNR de Linas-Marcoussis, après être passé devant les télévisions et les radios. Si sa mobilité est souvent décriée, si le toulonnais principalement est reconnu pour ses qualités de pilier de mêlée, il a remporté ce mardi midi l’Oscar du passage le plus rapide en conférence de presse. Une fusée...

Pas un mauvais mec, Xavier. Juste taiseux. En tête à tête, il joue le jeu. Face à la forêt de stylos, il se referme, compte ses mots et coupe court. Sur ce point, il est parfaitement ancré dans la tradition des premières lignes qui ne l’ouvrent guère. Qu’importe, certains de ses silences valent de l’or… Autant que ses mots, posés sur l’Australie, son retour chez les Bleus, son poids et le prochain match, face aux All Blacks, samedi au Stade de France (21h). « Si je suis sur la feuille, je serai très heureux.» Déficit d’ambition ? Non. Tout juste de la prudence et de la modestie chez celui qui fut éjecté des Mondialistes 2015 après deux mois de préparation estivale,  et depuis rappelé en raison des blessures de ses concurrents au poste. « C’est ainsi. En 2015, j’ai respecté le choix des entraîneurs. Et je fais des efforts pour entrer dans le groupe. J’essaie de répondre aux attentes en devenant plus mobile. Je fais du « cardio » en plus, du vélo aussi. Et fais attention  à ma diététique. » Son entrée en jeu face à l’Australie a confirmé sa dynamique et ses qualités de pousseur en mêlée. Il ne s’en contente pas, décidé à voir plus loin. « Nous n’avons pas été trop mal en mêlée et c’est mission. Le reste, c’est la cerise sur le gâteau. J’essaie de changer la donne.» Et basta, cosi ! Avant de partir rejoindre les siens de l’autre côté du CNR, Chiocci osera une dernière réflexion : « Il y a de l’excitation avant d’affronter les All Blacks. Mais avec le temps, au fur et à mesure que l’on approche du match, l’excitation cède la place à la concentration. On bosse bien tous ensemble. » Vivement samedi, avec Chiocci sur le banc ou titulaire d’emblée ! Réponse jeudi midi…

Emmanuel Massicard
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?