Barbarians, un souffle nouveau

  • Barbarians, un souffle nouveau
    Barbarians, un souffle nouveau
Publié le , mis à jour

Jeudi 20h45 à Bordeaux, En organisant ce match face à l’Australie a Bordeaux, les Barbarians espèrent concrétiser la nouvelle dynamique créée par le trio Charvet, Lombard, Guazzini.

Serge Kampf sera dans toutes les pensées cette semaine à Bordeaux. Tout d’abord à Arcachon où les Barbarians se réunissent ce lundi mais aussi jeudi à Chaban-Delmas pour cette affiche de prestige face à l’Australie. « Serge a toujours été la béquille qui a tenu l’édifice des Barbarians », témoigne Denis Charvet. Il a permis à ce club de vivre pendant 25 ans en étant le gardien d’un certain état d’esprit. Sans lui c’est une autre histoire qui commence.» Une histoire qui doit coller à la réalité actuelle orchestrée par un nouveau trio composé de Denis Charvet, Thomas Lombard et Max Guazzini sous l’œil bienveillant du président Jean-Pierre Rives. « Nous avons un maillot, des couleurs et seulement du rêve à offrir. Donc notre survie passe par des matchs face à des grandes nations », poursuit Denis Charvet qui sait que les Barbarians devront se montrer dignes des Australiens pour se faire entendre dans le concert international et renforcer l’espoir d’une grande tournée estivale en Afrique du Sud dans quelques mois. Dans la mesure du possible, les clubs du Top 14 ( pas tous hélas) ont répondu à cette nouvelle exigence sportive en libérant leurs joueurs et ainsi renforcer l’attachement des amoureux du ballon ovale à cette équipe si particulière.

Le maillot en vente

Denis Charvet est bien conscient des exigences du monde moderne : « Les Barbarians ont besoin d’exposition pour continuer d’exister. Avec 25 000 places vendues pour ce match, c’est déjà un succès, mais nous avons besoin d’occuper l’espace médiatique au quotidien. » L’équipe s’y emploie depuis plusieurs mois avec notamment la mise en ligne d’un nouveau site internet très vivant, en investissant les réseaux sociaux, en créant un Trophée Barbarians, remis tous les mois en même temps que l’Oscar Midi Olympique. Pour amorcer cette nouvelle dynamique, les Barbarians se sont même offerts une révolution : « Nous allons commercialiser notre maillot. C’était une demande forte de la part des supporters et des sympathisants des Barbarians. Nous avons aussi fait appel à un designer, qui a fait un boulot formidable, pour créer toute une ligne de vêtements à nos couleurs. » Enfin, il était nécessaire d’entretenir l’esprit festif qui doit animer les Barbarians mais aussi les supporters. « Serge Kampf a eu une idée magnifique en intégrant Max Guazzini qui est un grand Barbarian. Je sais qu’il a prévu beaucoup d’animations et il nous réserve des surprises à Bordeaux. Même moi, je ne suis pas au courant de tout, mais je crois qu’on peut lui faire confiance. » Une fête à ne manquer sous aucun prétexte.

Du côté de l’Australie

Après avoir procédé à une large revue d’effectif au Stade de France, samedi soir, le sélectionneur australien Michaël Cheïka devrait une nouvelle fois offrir du temps de jeu aux Wallabies les moins utilisés depuis le début de la tournée d’automne (les deuxième ligne Will Skelton et Dean Mumm, le colossal ailier Taqele Naiyaravoro, le trois-quarts centre Kyle Godwin…). Du coup, les vedettes supposées de l’équipe vice-championne du monde (Bernard Foley, Israel Folau, Michaël Hooper…) devraient une nouvelle fois être laissées au repos face aux Barbarians, jeudi soir à Bordeaux. « Michaël Cheïka est ainsi, nous confiait son bras droit Mario Ledesma mardi dernier. Il fait confiance aux hommes en forme. Et ceux alignés le sont, croyez-moi. » Derrière le discours de façade de l’ancien talonneur des Pumas, on jurerait pourtant que le sélectionneur australien a ciblé cet automne un grand chelem face aux quatre nations britanniques (pays de Galles, Écosse, Angleterre et Irlande) et qu’à l’heure actuelle, il estime avoir parcouru la moitié du chemin. On ne reverra pas le XV type des Wallabies avant samedi, à Dublin. Enfin, s’il avait été un temps question pour ce match de gala du soutien d’un pigiste de luxe - en l’occurence, le Bordelais Adam Ashley-Cooper -, il semblerait aujourd’hui que l’ancien ailier des Brumbies ait décliné l’invitation.

Nicolas Augot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?