Léandre Cotte, un capitaine de combat

  • Léandre Cotte, un capitaine de combat
    Léandre Cotte, un capitaine de combat
Publié le

Formé au CSBJ, Léandre Cotte a été nommé capitaine depuis la réception d'Oyonnax. Avare de grands discours, il montrera encore l'exemple sur le terrain vendredi à Béziers.

Depuis plusieurs saisons, les frères Cotte, Léandre (deuxième ligne, 26 ans) et Théophile (troisième ligne, 23 ans) se sont imposés comme des joueurs majeurs à Bourgoin. Avant la réception d'Oyonnax, la semaine dernière, le nouveau directeur sportif nord-isérois, Richard McClintock, a confié le brassard de capitaine au premier, en l'absence du titulaire habituel, Bogdan Leonte. Absent des terrains depuis un mois, en raison d'une blessure aux ischios-jambiers, le joueur, formé à Annecy-le-Vieux, a accepté non sans une réserve, tout à son honneur.

"Pour moi, un capitaine doit s'imposer sur le terrain, explique-t-il. Après un mois sans jouer, ce n'était pas forcément justifié. C'était un peu contre nature. Mais je n'ai pas refusé."

Capitaine à l'occasion lors de matchs amicaux, mais aussi en juniors Reichel, Léandre Cotte s'est glissé dans le costume avec son humilité habituelle. Peu adepte de grands discours, sa force réside dans sa capacité à montrer l'exemple et à jouer la carte du collectif.

"Je ne me suis pas pris la tête, sourit-il. Ce n'est pas une finalité d'être capitaine du CSBJ. Je ne vais pas m'imposer et prendre les décisions seuls. D'autres joueurs sont également capables de mettre en oeuvre la stratégie demandée. Pendant la semaine précédent le match contre Oyonnax, je me suis appuyé sur les leaders de jeu. Et pendant le match, des décisions s'imposaient d'elles-mêmes comme prendre la touche en fin de match. Tout s'est fait naturellement. Et j'ai dit au groupe que je ne voulais pas m'imposer."

A Béziers, il mènera encore ses coéquipiers au combat. Comme contre Oyonnax, où l'équipe a souffert contre la puissance adverse, il s'attend à un rude combat. Mais il espère aussi que le mieux entrevu, au moins dans le contenu, lors des deux dernières journées, se confirmera et que le patient berjallien est bien en voie de guérison.

"Béziers a un paquet d'avants de qualité. Nous craignons beaucoup la densité physique de notre adversaire. Contre Oyonnax, nous avons été assez performants devant mais le groupe ne veut pas se contenter de cela. Nous y allons pour faire un bon match et préparer au mieux la réception de Soyaux-Angoulême dans la foulée."

 

Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?