Magnaval : « Je suis toujours resté positif »

  • Magnaval : « Je suis toujours resté positif »
    Magnaval : « Je suis toujours resté positif »
Publié le

Eloigné des terrains depuis mai dernier, Laurent Magnaval a retrouvé le Pro D2 la semaine dernière. Retour sur sa longue absence et ses sensations après la reprise. 

Vous avez effectué votre retour sur le terrain dimanche à Aurillac après six mois d’absence. Que vous était-il arrivé ?

Mon dernier match date du 6 mai dernier, à Lyon où nous avions perdu. Je me suis déchiré un tendon de la coiffe des rotateurs, le supra-épineux. J’étais donc indisponible pour les 4 derniers matchs de fin de saison. On a décidé de soigner cette déchirure pendant la trêve. Finalement je suis revenu de cette trêve avec les mêmes douleurs. J’ai donc pris un avis chirurgical et une opération a été décidée. Il m’a donc fallu quatre mois pour la consolidation de la coiffe des rotateurs. 

 

Vous avez douté pendant cette période ?

Non je suis toujours resté positif. Ça fait partie du sport. J’étais dans une position d’attente, il n’y a pas trop à tergiverser. Juste se concentrer sur la récupération et les soins nécessaires pour se rétablir le plus vite possible.

 

Comment s’est passée la reprise ?

Les soins se sont très bien passés. C’est allé très vite. Je me suis fait opérer à la clinique du sport à Bordeaux, avec un bon suivi. Tout s’est passé dans de très bonnes conditions. J’ai pu faire l’intersaison avec le groupe. Comme j’étais touché sur la partie haute du corps, j’ai rapidement pu recourir ou travailler sur le terrain donc je n’étais pas tant éloigné que ça des autres. J’ai joué deux rencontres avec les espoirs du club. C’était très bien pour reprendre du rythme et surtout jouer, puis on en arrive à dimanche dernier.

 

Justement quelles sont vos sensations suite au match de dimanche ?

Très content d’être sur le terrain car ça faisait un petit moment, six mois … Au final j’étais partagé entre le plaisir d’être sur le terrain avec les copains et toute la frustration de revenir sans rien d’Aurillac. On a l’impression de ne pas avoir été ridicules, d’avoir fait une bonne partie qui aurait pu être meilleure si on avait ramené un ou plusieurs points de ce déplacement. C’est frustrant parce que ce championnat est homogène. Tout le monde se tient, il ne manque pas grand-chose. On n’est pas loin … On a l’impression qu’on répète un peu les erreurs et au final ça ne tient à rien pour basculer dans le positif.

 

Comment se passe la concurrence au poste avec Maxime Lucu et Alexandre Loustaunau ?

On est là tous les trois pour faire avancer l’équipe. On s’entend très bien, il n’y a aucun problème entre nous. Après ce sont aux coatchs de décider. Moi je me mets au service de l’équipe, j’attends mon tour et j’imagine qu’on est les trois dans la même optique.

 

Propos recueillis par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?