[France - Nouvelle-Zélande ] Gourdon, déjà indispensable

  • [France - Nouvelle-Zélande ] Gourdon, déjà indispensable
    [France - Nouvelle-Zélande ] Gourdon, déjà indispensable
Publié le , mis à jour

Auteur d’une performance majuscule, le Rochelais, incisif a prouvé une nouvelle fois que le XV de France pouvait compter sur lui à l’avenir.

Il est des hommages qui valent tous les grands discours. Quand Olivier Magne, 90 sélections au compteur et dernier grand troisième ligne de « grand champ » que l'équipe de France ait connu, affirme, à la pause : « Enfin un troisième ligne ! Énorme performance de Kevin Gourdon sur ces 40 minutes », c'est que le premier acte du Rochelais est forcément d'une immense facture. Et il le fut. S'il n'est pas le plus costaud, qu'il rendait même facilement 10 kilos à tous les autres avants sur le terrain, Gourdon est par contre un fabuleux joueur d'appui, qui chasse toujours les intervalles avant de se rabattre sur le contact, direct, sur l'homme. Il fait bien. Samedi, face à ce qui se fait de mieux au monde, l'ancien clermontois n'a eu de cesse de traverser la défense All Black. D'abord plein axe, au relais des pick n' go enclenchés au cœur et profitant d'une des multiples passes après contact qu'ont servi les Bleus, samedi. Ensuite à l'extérieur de son ouvreur, dégainant un ultime crochet juste avant le contact pour mettre à mal le premier rideau néo-zélandais. Autant d'attitudes qui lui ont permis de traverser, à plusieurs reprises. Des aptitudes qu'il a répétées en seconde période, confirmant qu'il était bien ce troisième ligne que la France cherchée : coureur, racé et premier danger dans la ligne d'attaque, dès qu'il s'éloigne des rucks.

 

Déjà séduisant en Argentine

La belle histoire entre le XV de France et Kevin Gourdon avait débuté en Argentine, en juin dernier. Appelé de toutes les listes pendant le Tournoi des VI nations, le Rochelais connaissait finalement sa première sélection à l'autre bout du monde, dans la moiteur froide de Tucuman. Et déjà, toutes ses qualités éclatantes en Top 14 se confirmaient à l'international. « Quand on prétend vouloir pratiquer et assumer un jeu de mouvement, il faut aussi disposer d'avants mobiles pour assurer la continuité. Il faut des joueurs intelligents dans leurs déplacements. Kevin entre en plein dans ce profil, pour nous, et ses apparitions sont toujours positives » confiait Yannick Bru à son sujet. Et Gourdon, déjà très impressionnant face aux Samoa, a rattrapé samediface à la Nouvelle-Zélande une performance plus en-dedans, il y a une semaine face à l'Australie. A ce rythme, il sera forcément du Tournoi des VI nations. Il verrouille même une des deux places en troisième ligne aile, aux côtés de Picamoles.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?