Oyonnax, une dimension territoriale

  • Oyonnax, une dimension territoriale
    Oyonnax, une dimension territoriale
Publié le , mis à jour

Parti à la reconquête du Top 14, le club de l’Ain veut inscrire son projet dans une dimension élargie.

Invité jeudi dernier à évoquer le parcours de son club devant près de 80 partenaires de l’US Bellegarde Coupy, club voisin évoluant en fédérale 3, Thierry Emin, le président de l’USO a émis un souhait « que dimanche soir nos deux clubs occupent la première place de leur championnat ».

Comme Oyonnax en Pro D2, Bellegarde occupe actuellement la deuxième place de sa poule de Fédérale 3. Et comme l’USO, l’USBC évoluera ce dimanche sur la pelouse de Mathon. L’initiative prise de « délocaliser » la rencontre de fédérale 3 entre Bellegarde et Rives-Renage à Mathon, en baisser de rideau (16h30) du match de pro D2 entre Oyonnax et Vannes (14h15) constitue une première. Elle offre au club de Fédérale 3 l’opportunité d’une mise en lumière toute particulière, qui suscite l’engouement des joueurs bellegardiens mais aussi celui de leurs supporters. Pour ce doublé, Mathon fera le plein, mais cette démarche novatrice traduit aussi la volonté qui porte l’US Oyonnax d’inscrire son projet dans une dimension territoriale.

« Il ne faut pas oublier qui nous sommes et d’où nous venons » explique Thierry Emin en soulignant le rôle « de porte-drapeau et de locomotive » dévolu au club phare de l’Ain qui a mis en place des partenariats avec les clubs voisins pour générer une dynamique porteuse.

Les hasards du calendrier font que cette notion d’appartenance territoriale se retrouve soulignée au moment où l’USO va accueillir Vannes un club qui comme elle a fait de l’attachement à son territoire l’un des socles de sa construction.

Vannes, rendez-vous capital

Pour Oyonnax, lancé dans une suite de cinq victoires consécutives, le rendez-vous avec les Bretons peut être déterminant. Il peut permettra au groupe de Johann Authier de capitaliser sur la confiance avant deux déplacements difficiles à Narbonne et Mont-de-Marsan. Il peut aussi lui permettre de franchir un cap dans l’évolution de son jeu face à une formation du Morbihan qui mise beaucoup sur la vitesse et le déplacement et qui pourrait trouver sur le synthétique de Mathon un terrain propice à ses desseins.

Mais en évoquant ce match, Thierry Emin a lancé une forme d’avertissement « nous ne devrons pas nous tromper ». Pour le reste, ce dimanche à Mathon, l’US Oyonnax et l’US Bellegarde Coupy peuvent être assurées d’avoir tout un territoire derrière elles.

Par Jean-Pierre Dunand

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?