Caroline Thomas, son premier maillot bleu

A Béziers, Caroline Thomas a honoré sa première sélection. Portrait d’une sportive éclectique.

Mardi soir, au stade de la Méditerranée, lors de la rencontre entre la France et les États-Unis, Caroline Thomas piaffait d’impatience sur le bord de touche. Et lorsque Jean-Michel Gonzalez lui a demandé d’ôter son survêtement afin de remplacer la Bordelaise, Agathe Sochat, la pilier romagnatoise a connu un moment d’une incroyable émotion. « Je n’oublierai jamais mon entrée sur la pelouse. C’était extraordinaire. Je ne comprenais pas que c’était mon premier match international », confie-elle.

Et dire qu’il y a sept ans en arrière, cette sportive éclectique qui a pratiqué avec succès la gymnastique, la natation et le handball, ignorait tout de l’existence du ballon ovale. « Je suis originaire de Digoin en Bourgogne. Une fois mon baccalauréat obtenu, j’ai poursuivi mes études à Clermont-Ferrand en Staps. À 18 ans, j’ai découvert le rugby à l’université. J’ai essayé et, finalement, je l’ai adopté. Naturellement, j’ai rejoint le club de Romagnat où je n’ai vécu que des choses extraordinaires tant sur le plan humain que sportif. »

« Une forte concurrence »

La saison écoulée fut celle d’une double consécration nationale. À la faveur de leur victoire en finale du challenge Armelle-Auclair face à Lyon, les Romagnatoises ont ainsi gagné le droit d’évoluer en Top 8. « L’an dernier, poursuit-elle. Nous avons vécu des moments extraordinaires. Ce titre de champion de France restera un moment inoubliable. Il a vraiment marqué l’histoire de notre groupe et du club. »

Sur le court terme, cette brillante étudiante qui se destine à une carrière dans l’éducation nationale, garde parfaitement la tête sur les épaules. Après avoir connu la joie d’une première sélection mardi dernier, elle aimerait bien connaître de nouveau les sensations du maillot bleu. « Revêtir un maillot bleu c’est quelque chose d’extraordinaire. Cette année, il y a le Tournoi des 6 Nations, la Coupe du monde en Irlande, ça fait rêver. En revanche, je sais qu’il y a une forte concurrence à mon poste. Il y a aussi mon club de Romagnat. Cette année, nous allons tout faire pour arracher le maintien en Top 8. Je n’oublie pas que cette belle aventure sportive, je la dois à mon club. »