Hugues Bastide, l’art de la découpe

  • Hugues Bastide, l’art de la découpe Hugues Bastide, l’art de la découpe
    Hugues Bastide, l’art de la découpe
Publié le , mis à jour

Les bougies de ses 25 ans à peine éteintes, le flanker de Nevers, Hugues Bastide conserve tout son souffle pour cette haletante saison.

Certains gardent en mémoire son visage tuméfié, cabossé par le plaquage trop appuyé d’un adversaire. C’était le 1er mai, à Orléans. Bien plus que ces stigmates, Hugues Bastide symbolisait là une équipe neversoise à nouveau mise en échec. Comme s’il avait reçu en pleine poire la porte d’accès au Pro D2, claquée par la bête noire massicoise. La fin, en queue de poisson, d’une saison en demi-teinte pour le troisième ligne nivernais, obligé de passer aux stands avant de rejoindre la ligne de départ de cet exercice 2015-2016. « J’ai eu plus de mal que prévu à retrouver mes sensations après mes deux opérations. » Une pour chaque genou, le gauche le 6 juin, le droit le 4 juillet. « Avec anesthésie générale à chaque fois. Le chirurgien m’a dit que c’était le bordel dedans ! De toute façon, je ne pouvais plus jouer dans ces conditions. »

Pourtant, l’aigre souvenir de Massy, club qu’il ira défier dimanche, lui est passé. Beaucoup plus vite que celui qui traumatisa tout le club présidé par Régis Dumange, le 1er juin 2015. « L’élimination concédée face à Lille, dans les ultimes secondes du match pour la montée m’a affecté longtemps », reconnaît « Hugui ».

Excitation

Dieu merci, le ciel n’est pas toujours gris au-dessus du Pré-Fleuri ! Là où il a trouvé une seconde famille. Là où il espère vivre encore de merveilleux moments, avant de repartir dans sa Lozère natale, à Lasbinals. Car le cercle familial, les racines, pour ce futur boucher, puisqu’il en a le CAP, réussi après le Bac, c’est sacré. Et quoi de plus normal, une fois le rugby en troisième ligne terminé, que de continuer à découper de la viande !

En attendant cet avenir programmé, de belles échéances s’offrent à lui et à ses potes azur et or. « Cette saison est vraiment formidable. C’est le haut niveau tous les week-ends et toute la semaine qui précède les matches. Ça me convient, autant physiquement que mentalement. La poule est relevée et c’est très bien. On a vu à Limoges que si l’on s’arrête de jouer, ça ne passe pas, c’est le point positif de cette nouvelle donne. Nous avions à cœur de nous racheter de cette contre-performance. Nous signons une très belle victoire contre Auch. »

Objectif

Champion de France Crabos, en 2010, avec Clermont, Hugues Bastide semble avoir retrouvé son envie d’adolescent. Celle qu’il afficha à son arrivée à Nevers, le jaune et bleu définitivement ancré dans les fibres du maillot, en 2013. Un physique idéal, avec 106 kg de muscle pour 1,83 m, et désormais totalement réparé, en font, à nouveau, l’un des fers de lance du pack des Jaunets.

Plaqueur, gratteur, dévoreur d’espaces… Et encore très jeune puisqu’il a fêté ses 25 ans jeudi, Hugues Bastide est bien décidé à aller voir plus haut s’il n’y a pas des essais à marquer sur les pelouses du Pro D2. Car celui qui se dépensa sans compter pendant près d’une heure face aux Auscitains le souligne avec détermination : « Cette saison, tout est nouveau, sauf notre objectif. »

Par Antoine Deschamps

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?