Lézignan, tête de gondole

  • Lézignan, tête de gondole
    Lézignan, tête de gondole
Publié le , mis à jour

Double demi-finaliste la saison passée, le FCL a l’ambition cette année de ramener un titre. Pour l’heure, les Lézignanais sont leaders du championnat devant Carcassonne.

En cet ultime dimanche de novembre, le championnat a fait une pause. Après sept journées, la tête de gondole de la poule élite se nomme Lézignan qui capitalise dix-neuf points fruits de six victoires pour une seule sortie de route le 8 octobre dernier lors de la troisième journée face à Avignon (16-20). Une entame de championnat qui séduit bien légitimement les fidèles supporters. « C’est le début du championnat. C’est très prématuré pour dire que nous allons jouer les premiers rôles. Il faut laisser le temps au temps. Il faut tenir compte des déplacements à Limoux, Carcassone et à Saint-Estève, mais le jeu proposé est vraiment de qualité. L’équipe actuelle nous régale. Cette année, nous pensons tous que ce groupe ne sera pas loin du titre. En Coupe de France, cette équipe a également son mot à dire. Il faut dire que l’an dernier, nous avons été un peu déçus d’échouer au stade des demi-finales dans les deux compétitions. Il est vrai aussi que pendant des années, nous avons été particulièrement gâtés, confie Michel, membre de l’association des « Meuniers » plus connu sous le surnom de « Sullivan ».

La saison passée, le glorieux « FCL » a été le prince sans couronne. Par deux fois, Limoux a barré la route de la finale du championnat et de la Coupe de France Lord-Derby. Au terme de cette saison, sans reconnaissance sportive, une page s’est tournée au sein de l’effectif. Jordi Lignères, le troisième-ligne et emblématique capitaine qui avait mené sa formation à la victoire en finale de la Coupe de France en 2015, a décidé de mettre un terme à sa carrière sportive. Une page s’est certes tournée. Or, le comité directeur en place, le manager Aurélien Cologni et son associé, Alexandre Couttet ont l’intention d’écrire des nouvelles pages glorieuses du FCL. À l’intersaison, le club s’est doté d’un recrutement XXL en conformité avec ses ambitions sportives qui sont d’empocher un des deux titres nationaux. Pour ce faire, l’ex centre et deuxième-ligne des Dragons catalans Ben Pommeroy, le talonneur avignonnais Guillaume Bonnet, le centre de Saint-Estève-XIII catalan, Théo Bonneriez, l’ex ouvreur international de Palau Rémy Marginet ont paraphé une demande de mutation pour le club des Corbières. À ce jour, la greffe entre anciens et nouveaux offre des résultats flatteurs et une première place synonyme d’espérances sportives.

Le test dimanche face à Carcassonne

Justement, cette première place, les Lézignanais ont la possibilité de la conforter puisque dimanche, ils vont recevoir Carcassonne, leur poursuivant direct au classement. Une affiche audoise qui devrait remplir le très rustique stade du Moulin. « C’est un moment fort de la saison. Pas forcément un tournant puisqu’il reste de nombreux matchs à disputer. Le vainqueur de ce match marquera les esprits », ajoute le centre Théo Bonneriez. Quant à Carcassonne, il ne va pas effectuer ce court déplacement en victime expiatoire. « On connaît la qualité de cette équipe de Lézignan, fait remarquer le manager, Jean-François Albert. Elle n’est pas première par hasard. De notre côté, nous avons aussi des arguments. Nous sommes sur une série de six victoires consécutives. Nous ne sommes pas favoris, mais nous avons tout de même une belle carte à jouer. » Une affiche d’automne qui a un air de printemps. Ce derby audois a tout d’une finale avant la lettre.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?