[ Dossier XV de France ] Bilan technique : Le défi de l’efficacité

  • [ Dossier XV de France ] Bilan technique : Le défi de l’efficacité
    [ Dossier XV de France ] Bilan technique : Le défi de l’efficacité
Publié le , mis à jour

Après la dernière rencontre de l’année disputée par le XV de France, l’heure est au bilan. Première partie avec la technique.

Voilà, c’est fini, ou presque, si l’on veut excepter le dernier test prévu cette semaine entre l’Angleterre et l’Australie... L’heure est désormais au bilan, et bien sûr aux perspectives, en prévision d’un Tournoi plus relevé que jamais. La première conclusion ? Elle consiste, évidemment, à pointer que ce XV de France a de la suite dans les idées, après sa convaincante tournée estivale en Argentine. Désireux de poursuivre leur quête d’un jeu ambitieux axé sur la possession du ballon et symbolisé par sa troisième ligne des « trois huit », les Bleus présentent en effet des statistiques de très haut niveau, à bien des égards. Ainsi, sur les dix nations majeures (avec la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Angleterre, l’Argentine, l’Irlande, l’Afrique du Sud, le pays de Galles, l’Écosse ou l’ Italie), l’équipe de France pointe statistiquement en tête ans bien des domaines. En effet, en moyenne sur ces tests automnaux, les Bleus sont l’équipe qui portent le plus de ballon dans un match (145 courses en moyenne), celle qui franchit le plus (16,6 brèches par match), celle qui gagne le plus de duels en attaque (27,6 défenseurs battus), et celle qui passe le plus après contact (28 offloads en moyenne).

Le hic ? C’est que, malgré ces chiffres avantageux, les Bleus se montrent encore trop inefficaces. Les nombreuses occasions manquées contre les Samoa, puis le surnombre vendangé par Spedding contre l’Australie (ainsi que le drop de la gagne manqué par Lopez), en étaient quelque part des signes avant-coureurs, confirmés par les multiples situations gâchées contre la Nouvelle-Zélande (lire en page 7). Faut-il en conclure que les Bleus n’ont pas progressé depuis le dernier tournoi, dont ils furent paradoxalement la moins bonne attaque et l’équipe qui réussit le plus de franchissements ? Pas forcément, tant les progrès sont patents dans la construction du jeu. Reste que le prochain défi qui attend les Bleus demeure celui de l’efficacité, qui passe probablement par davantage d’alternance. Ainsi, sur les tests de novembre, le XV de France fut aussi l’équipe qui a le moins joué au pied. Sûrement pas un hasard, si l’on veut bien considérer que la meilleure équipe du monde, la Nouvelle-Zélande, est celle qui utilise le plus l’arme du jeu de pression et d’occupation.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?