[ Dossier Élections FFR ] La dernière semaine des trois candidats

  • [ Dossier Élections FFR ] La dernière semaine des trois candidats
    [ Dossier Élections FFR ] La dernière semaine des trois candidats
Publié le , mis à jour

Seul le président Pierre Camou, qui a débuté en dernier sa campagne, tiendra encore cette semaine des meetings pour tenter de récupérer quelques voix. Ces deux adversaires, Alain Doucet et Bernard Laporte, en profiteront pour compter leurs troupes et se préparer à renverser le président sortant et à gérer l’après élection.

Pierre Camou

Depuis six mois, le président sortant Pierre Camou bat la campagne et a même réalisé le tour de France des comités, de la Corse à la Bretagne. Cette semaine, le Basque de Garazi se réunie avec ses équipes de campagne à Beaune (Bourgogne), puis Strasbourg (Alsace) et enfin Paris (Ile-de-France). Les derniers jours de campagne du candidat Pierre Camou sont également consacrés aux rendez-vous médiatiques, qui vont d’une interview sur France Info à un « tchat » organisé avec les internautes du site Internet lequipe.fr. Dès vendredi matin, Pierre Camou se préparera à accueillir au CNR de Linas-Marcoussis le scrutin le plus attendu de ces vingt-cinq dernières années. Il faut enfin noter que le week-end dernier, dans les salons du Grand Hôtel Opéra (neuvième arrondissement parisien), le président Pierre Camou a eu une longue discussion avec son sélectionneur Guy Novès. Les deux hommes, qui s’apprécient énormément, ont visiblement compris que leurs destins étaient en partie liés. Alors, qu’adviendra-t-il de Pierre Camou ? Et en conséquence, qu’adviendra-t-il de Guy Novès ? Verdict imminent…

Alain Doucet

Le programme d’Alain Doucet est assez léger cette semaine. Il va commencer par soigner une petite angine, résultat de sa campagne effrénée. Il était à Pouyastruc (Hautes-Pyrénées) en début de semaine. Ensuite, de réunion publique mais quelques rendez-vous en région parisienne. Il rencontrera notamment directement, en tête à tête, plusieurs clubs franciliens car il a de solides contacts dans le comité Ile-de-France, une zone très riche en voix et très indécise. Il sera aussi en contact avec ses correspondants en régions pour peaufiner les derniers détails des déplacements organisés vers la capitale. Dimanche dernier , il recevait, par exemple, l’information de tel président d’un club de Midi-Pyérénées qui voulait voter pour lui mais qui ne préférait pas confier sa voix à son président de comité, Gilles Sicre, qui est numéro 8 de la liste de Pierre Camou. Il a fait le nécessaire pour le rapprocher de ses soutiens toulousains. Alain Doucet retrouvera vendredi les membres de sa liste pour un repas sur Paris avant, bien sûr, de se rendre à Marcoussis (Essonne) samedi pour une après-midi qui s’annonce intense et un dépouillement qui sera particulièrement scruté par ses soutiens.

Bernard Laporte

Les tours de France de Bernard Laporte, qui, en vingt-quatre mois, a tenu plus de cent vingt réunions publiques, ont pris fin la semaine passée par un ultime meeting à Illkirch-Graffenstaden en Alsace. L’ancien sélectionneur aura sillonné l’Hexagone en long, en large et en travers et s’il est élu samedi prochain, ce sera la récompense d’un long travail de fond où il sera allé chercher voix après voix. Une vraie campagne de terrain. Cette semaine, Bernard Laporte et son équipe se sont réunis depuis mardi dans leur QG parisien, pour préparer avec minutie l’assemblée générale cruciale. « C’est le plus beau de mes combats qui m’attend », nous affirmait samedi soir dernier un Laporte remonté comme avant une finale de Coupe d’Europe ou de Top 14. Il n’envisage pas la défaite mais ne veut pas non plus crier victoire. Ce vendredi, dans un hôtel proche de l’aéroport d’Orly, il compte réunir une dernière fois ses troupes pour faire, une énième fois, « de la pédagogie pour un vote compliqué ». S’il était élu président de la FFR, il a d’ores et déjà prévu de commander, dès le lundi suivant, « un audit financier et ressources humaines complet pour connaître le véritable état de santé de la Fédération », dixit son directeur de campagne Serge Simon.

Les deux « favoris » revendiquent la victoire

En marge de notre consultation, les équipes des candidats Camou et Laporte ont procédé à des enquêtes internes, aux résultats diamétralement opposés. Selon les remontées des comités territoriaux (favorables à Camou), l’actuel président de la FFR recueillerait plus de 52 % des suffrages après consultation des deux tiers des électeurs. Au total, il compterait plus 4500 soutiens. Dans le camp Laporte, on assure pouvoir garantir un peu plus de 5 000 voix sur les 10 116 de l’élection, ce qui lui donnerait la victoire. Il y aurait un taux d’abstention compris entre 5 et 10 %. Le risque de doubles procurations signées par des clubs n’est pas à exclure, situation qui devrait tendre encore plus les relations entre les candidats.

par Arnaud Beurdeley, Jérôme Prévôt, et Pierre-Laurent Gou

Pierre-Laurent Gou
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?