Bélie : « Prendre du plaisir à chaque rencontre et ne pas se prendre trop la tête »

  • Bélie : « Prendre du plaisir à chaque rencontre et ne pas se prendre trop la tête »
    Bélie : « Prendre du plaisir à chaque rencontre et ne pas se prendre trop la tête »
Publié le , mis à jour

Titulaire ce soir à l’ouverture pour la troisième fois de la saison avec l’Usap qui défie Biarritz à Aguiléra dans le cadre de la 13ème journée, Mathieu Bélie (28 ans) revient sur le début d’exercice des Catalans.

Quel est l’état d’esprit du groupe après la large victoire face à Narbonne (66-13) la semaine dernière lors du derby ?

L’état d’esprit du groupe est positif. On a remis la marche avant après deux défaites consécutives et qui ont été assez frustrantes pour nous.

66 pts, ce n’est pas rien...

Cela peut paraître énorme mais Narbonne ne semblait pas trop avoir la tête à ça...tant mieux pour nous. On sait que jeudi (ce soir N.D.L.R), l’opposition sera différente. Ce ne sera pas du tout le même match.

Peut-on parler de match référence vendredi dernier ?

Vu l’ampleur du score, oui. On a su bien démarrer la rencontre et maintenir la pression tout au long du match. Devant nous avons été ultra-dominateurs dans tous les secteurs. Derrière, nous avons été mis dans les bonnes conditions pour lancer le jeu. C ‘est un des matchs références de ce début de saison.

Comment se prépare t’-on à rentrer très tôt dans un match comme celui-là ? (il a remplacé Enzo Selponi victime d’une fracture du péroné dès la 4ème minute, N.D.L.R)

Enzo n’était pas en grande forme déjà au moment de l’échauffement. Il nous avait prévenu qu’il avait très mal et qu’il ferait ce qu’il pouvait. Je m’étais préparé comme si j’allais démarrer titulaire, comme pour tous les matchs. Je n’espérais juste pas cette sortie pour lui....

Pour l’instant, l’Usap n’a gagné qu’un seul match à l’extérieur cette saison ( 24-13 à Béziers, lors de la 7ème journée). Quel a été le discours cette semaine à l’entraînement?

La victoire face à Narbonne nous a permis de nous retrouver, et de regoûter à la victoire. Il y a eu forcément un peu d’euphorie après la rencontre car c’était un derby. Nous n’étions pas sereins avant de rentrer sur le terrain donc la victoire a fait d’autant plus de bien. Dès le lendemain, nous avons basculé sur Biarritz avec un mot d’ordre.

Lequel ?

Essayer de faire au mieux et ramener un maximum de points de là-bas.

Face à une équipe qui n’est pas non plus souveraine cette saison avec déjà deux défaites à domicile, à quel genre de match vous attendez-vous ?

Ça va être un match compliqué. Biarritz n’est pas au mieux en ce moment mais le BO sera meilleur d’ici quelque temps. C’est une équipe redoutable avec de belles individualités qui peuvent faire la différence à tout moment. Nous les craignons.

Vous avez des profils un peu similaires de par votre histoire récente (les deux clubs sont descendus de Top14 la même année ), de par votre début de saison, comment jugez-vous vos trajectoires ?

Les trajectoires sont similaires. Ce sont deux clubs avec un passé glorieux à moyen et court terme. En l’espace de deux, trois ans le BO et l’Usap se sont retrouvés en Pro D2. Et cela a été un cataclysme pour les deux clubs, les deux régions. C’est forcément dur de s’en relever.

Il existe une différence pourtant...

À Perpignan, il est vrai que nous ne sommes pas passés loin de remonter dès la première année avec un scénario très dur en demi-finale face à Agen. Outre cette première saison, désormais nos trajectoires sont identiques. Biarritz et Perpignan sont deux clubs en pleine reconstruction.

En pleine reconstruction dans un Pro D2 particulièrement serré et disputé cette saison...

Le problème est là, dans ce Pro D2, tout peut basculer aussi bien d’un côté que de l’autre. Nous étions sur une super dynamique avec le match nul à Soyaux-Angoulême et les deux défaites suivantes nous ont placé dans le fond du classement. Dans ce Pro D2, tout va très vite. Si l’on gagne deux, trois matchs d’affilée on peut remonter très vite au classement et jouer les premiers rôles. Il faut surtout ne plus perdre beaucoup de matchs.

L’objectif est donc de regarder devant ?

Oui, l’objectif c’est de gagner un maximum de matchs et tout faire pour jouer les premiers rôles. On a perdu pas mal de temps en ce début de saison, pas mal de points. On s’attele à faire un maximum pour jouer les phases finales.

Vous allez vous éloigner ces deux prochains matchs d’Aimé-Giral (après Biarritz, l’Usap se rendra à Montauban), la pression est-elle la même ?

C’est sûr que jouer à Aimé-Giral c’est spécial...mais on sait aussi qu’aujourd’hui les notions de domicile et extérieur ne comptent plus trop. Tout le monde peut aller gagner chez tout le monde. Il faut absolument garder le même état d’esprit que l’on joue à domicile ou à l’extérieur.

Comment se passe le retour aux affaires en club après avoir été en sélection nationale (il a joué avec la sélection espagnole lors des tests de novembre, N.D.L.R) ?

Le retour en club se fait le plus naturellement du monde. À titre personnel, les deux semaines en Espagne m’ont fait du bien car j’ai pu enchaîné deux matchs pleins, deux fois quatre vingt minutes. On vit des bons moments en sélection nationale mais le retour à l’Usap s’est fait naturellement.

Mon but c’est de prendre du plaisir à chaque sortie et ne pas se prendre trop la tête quand je suis sur le terrain.

Par Enzo Diaz

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?