Privat : « Castres est l’équipe que je crains le plus »

  • Privat : « Castres est l’équipe que je crains le plus »
    Privat : « Castres est l’équipe que je crains le plus »
Publié le , mis à jour

Sorti de sa courte retraite l’été dernier à la demande de Pierre Mignoni, Thibault Privat joue plus que les utilités au sein de l’effectif lyonnais.

Comment s’est passée la coupure ?

Ça fait du bien de souffler une semaine. Nous avions enchaîné beaucoup de matchs depuis le début du championnat. Le danger après une semaine de repos est de rester un peu la tête aux vacances et de rester dans cet état d’esprit… Pour cette raison, nous avons repris dès dimanche après-midi pour se remettre la tête à l’endroit et enfoncer le clou. Ce match est important. Nous allons alterner des matchs de championnat et de Coupe d’Europe pendant deux mois. Il n’y a pas beaucoup de questions à se poser. Il ne faut pas penser aux matchs européens. Après deux revers à Montpellier et Clermont, il est indispensable de faire un bon résultat samedi soir.

Vous n’êtes pas passés loin de la victoire lors des deux dernières journées. Qu’est-ce qui prédomine ? La frustration ou une certaine satisfaction de voir l’équipe progresser ?

Si nous nous en tenons au contenu, il faut reconnaître qu’il y a des motifs de satisfaction. Maintenant, nous avons perdu. Et ce n’est pas à cause d’événements extérieurs à nous. Nous avons entendu parler de l’arbitrage… Personnellement, je ne veux pas en entendre parler. Nous n’avons pas su tuer le match quand nous en avons eu la possibilité…

À Clermont ?

À Clermont et à Montpellier ! Après, nous pouvons-nous appuyer sur le contenu de ces matchs mais il est nécessaire d’en faire encore plus demain à domicile.

Votre victoire autoritaire contre Toulon suivie de deux bons matchs en déplacement semble avoir changé la perception de beaucoup d’observateurs. Avez-vous conscience de ne plus être le petit promu qu’on regarde un peu de haut ?

Je ne m’occupe pas du regard que l’adversaire ou que d’autres portent sur nous. Nous devons travailler. Beaucoup de secteurs sont encore perfectibles, en conquête notamment. Que le regard extérieur soit positif ou négatif, qu’on parle de nous comme du « petit Poucet » ou d’une « grande équipe », cela m’est égal ! C’est le métier des observateurs d’analyser et de sortir des formules. Ce n’est pas mon rôle. Nous avons joué des bons matchs, d’autres étaient moins bons. Nous avons pris un point à chaque fois lors de nos deux derniers déplacements. Nous ne pouvons pas nous en contenter par rapport aux efforts fournis. Maintenant, il faut regarder devant. Et devant nous, il y a Castres.

Comment jugez-vous votre prochain adversaire ?

Cette équipe a secoué pas mal de monde devant depuis le début. Elle s’appuie sur une belle conquête et sait mettre le curseur de l’agressivité assez haut. Les Castrais ont peut-être été en difficulté en début de saison mais depuis deux mois, ils sont en pleine bourre. Ils viennent de mettre trente points à Toulon. En plus d’être solide devant, cette équipe se trouve très bien derrière. Elle ne lâche rien, cela va être très dur. Pour toutes ces raisons, je pense que ce sera le match le plus difficile depuis le début de saison. Je ne dis pas ça en l’air, c’est l’équipe que je crains le plus depuis le début de l’année.

À titre personnel, vous êtes sortis de votre retraite à la demande de Pierre Mignoni pour venir aider l’équipe, vous attendiez vous à jouer autant ?

Non, pas du tout. Je l’ai dit et je le redis, je suis là pour donner un coup de main à l’équipe. Je ne revendique pas de temps de jeu, ni quoique ce soit. J’aide quand je peux, du mieux que je peux.

Ça vous donne envie de continuer ?

Non, non, non ! (sourire) à mon âge, le mieux est de voir mois après mois ! On envisage les choses année après année à vingt-cinq ans, pas à trente-sept !

Vous n’êtes pas le seul Lyonnais qu’on ne s’attendait pas forcément à voir jouer autant cette saison, il y a aussi deux jeunes joueurs, le demi de mêlée, Baptiste Couilloud, et Félix Lambey. Ce dernier joue comme vous en deuxième ligne. Que pensez-vous de lui ?

Félix est une demi-surprise. Je l’ai beaucoup vu jouer la saison dernière puisqu’il évoluait à Béziers, un club pour lequel j’ai beaucoup d’attachement. Je le trouvais très bon. Maintenant, il est passé encore à un niveau supérieur. Malheureusement, il s’est blessé cet été mais cela lui a permis de bien travailler. Actuellement, il est en pleine bourre. C’est un deuxième ligne moderne, très actif, qui se déplace beaucoup. Il est très bon ballon en mains, entre autres qualités. C’est important pour le club. Et c’est très bien qu’il ait signé de nouveau et qu’il puisse s’inscrire dans la durée dans l’aventure lyonnaise, qui, je pense, sera belle. C’est le profil du deuxième ligne du futur. Je pense qu’il pourra faire de belles choses.

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?