Montpellier passe en force

  • Montpellier passe en force
    Montpellier passe en force
Publié le

Face à des Isérois joueurs mais trop dominés devant, les Montpelliérains ont fait valoir leur puissance sur les ballons portés pour s'imposer à l'usure (51-37), obtenant même un inespéré bonus offensif dans un match à 11 essais. À mi-saison, le spectre de la descente se profile plus que jamais pour le FCG.

LE MATCH

Bien conscients de l'enjeu que revêtait pour eux la rencontre, les Grenoblois ont joué leur va-tout, à l'image de ces deux essais inscrits à chaque entame de mi-temps par Chris Farrell et Hendrik Roodt. Vaillants en diable, faisant planer un pressing terrible sur la charnière adverse, les Isérois parvenaient même à faire la course en tête face à des Héraultais quelque peu frigorifiés. Si bien que es derniers, très vite, comprenaient que le réchauffement allait passer par le jeu combat collectif... Supérieur en mêlée, méthodique et surpuissant dans l'exercice des ballons portés, le MHR imposait sa loi et plaçait le FCG à la faute. Les essais de Du Plessis, Tomane puis le doublé Nagusa en deuxième période relevaient d'ailleurs tous du même schéma : ballon porté conquérant, puis écarté vers les trois-quarts en surnombre. Et l'on ne pas du carton jaune infligé à Grice, ni de l'essai de Ouedraogo... Au final, les 11 essais inscrits n'ont ravi aucun des supporters du Stade des Alpes, hormis la poignée de Montpélliérains ayant effectué le déplacement, trop heureux de remporter le bonus offensif juste avant la sirène, grâce à un exploit de Mogg.

 

LE TOURNANT

On l'attendait sans plus y croire, dans un match où les deux équipes se rendaient coup pour coup. Et puis, il y eut ce ballon perdu au sol par Gengenbacher sur un temps fort alpin, dans une action qui ressemblait fort à celle du KO. Un turnover qui permit non seulement au MHR de se dégager par Steyn, mais fut suivi d'un en-avant de Batlle à la réception , qui retomba hors des limites du terrain. On connaît la suite : touche, maul, pénalité, touche, maul, essai de Nagusa. Un véritable coup au moral des Isérois, puisqu'il fut suivi de l'essai du bonus inscrit par Mogg, dans une atmosphère de fin du monde...

 

L'ACTION

Elle revient certainement aux Grenoblois. Sur un coup d'envoi mal capté par les Héraultais, les efforts d'Alexandre et Jammes permettaient au FCG de mettre la main sur le ballon dans les 22 mètres adverses. Là, un coup de pied lumineux de Wisniewski permettait à Batlle de faire vivre le ballon, avant que le mouvement prenne de l'ampleur. À sa conclusion ? C'est ce même Wisniewski qui, au milieu d'une forêt de joueurs héraultais, parvenait à transmettre d'une petite chistera décroisée un ballon d'essai à Peter Kimlin.

 

LE JOUEUR

S'il peut parfois irriter par ses attitudes nonchalantes (et l'on ne parle pas de ses retards à l'entraînement), force est de constater que Timoci Nagusa demeure un grand joueur... Hyperactif en première période, le Fidjien s'est longtemps démené sans être payé de ses efforts. Et puis, il y eut cette deuxième mi-temps... Servi dans de parfaites conditions par son colossal paquet d'avants, Nagusa n'eut aucun mal à franchir la ligne sur son premier essai. Pour son deuxième, ce fut une toute autre histoire, et l'ailier du MHR ne le doit à personne d'autre que la puissance de ses cuisses, envoyant valdinguer plusieurs défenseurs avant de tendre le bras, tout en puissance. Un instantané parfait, en somme, pour symboliser cette rencontre entre Grenoblois et Hérautais.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?