Fédérale 2 : Grasse à la formation

  • Fédérale 2 : Grasse à la formation
    Fédérale 2 : Grasse à la formation
Publié le , mis à jour

Après un début de championnat difficile, Grasse s’est redressé et continue le travail de formation entrepris il y a des années.

Les Grassois sont partis en vacances l’esprit libre. C’est une façon de parler, puisqu’ils continueront de s’entraîner jusqu’aux Fêtes et disputeront une opposition contre Saint-Raphaël. Au moins ont-ils mieux terminé la phase aller qu’ils ne l’ont débuté. Pendant de longues semaines, Grasse a inquiété, sur la lancée d’une série de six défaites consécutives pour commencer le championnat. Au club, on est resté serein. Avec l’arrivée d’une quinzaine de joueurs, le retour, comme manager, de Marc Ravanello, parti deux saisons à Hyères-Carqueiranne, puis Grasse, et la promotion d’Arnaud Schneider comme entraîneur des trois-quarts, aux côtés de Martin Purdy, il fallait un peu de temps pour mettre la machine en route. « Beaucoup de joueurs découvraient le niveau. Nous les avions peut-être enfermés avec un jeu avec beaucoup de codes et d’annonces, explique Arnaud Schneider. Nous étions un peu frileux, le staff comme les joueurs. »

« Travailler sur plusieurs années »

Deux victoires à domicile contre des adversaires directs pour le maintien, Villeurbanne et Graulhet, ont relancé les Grassois, qui continuent de s’en tenir à leur leitmotiv : la formation, bien aidée par une présence régulière dans les écoles de la ville une participation aux animations périscolaires. Ainsi le coach des trois-quarts a gardé sa casquette de responsable de l’école de rugby. « Arnaud un entraîneur compétent et c’est une évolution logique qu’il entraîne les seniors, plaide le président, Éric Berdeu. C’est compatible avec l’école de rugby et cela lui permet d’avoir un œil sur tous les jeunes. Faire de la formation n’est pas un vain mot. Nous avons commencé il y a une dizaine d’années. Et nous commençons à en récolter les fruits. » Paradoxalement, les Grassois formés à l’école de rugby sont plus nombreux en équipe réserve qu’en équipe une. Tous les dimanches, plus de quinze joueurs formés au club, souvent très jeunes, s’aguerrissent en début d’après-midi. « Nous avons fait le choix de travailler sur plusieurs années, explique Arnaud Schneider. L’objectif est qu’ils grandissent et progressent ensemble. De même, à chaque entraînement, trois ou quatre jeunes de moins de 18 ans nous rejoignent. »

Les fruits ont commencé à payer : le club peut s’enorgueillir d’avoir placé depuis quatre ans huit jeunes dans les centres de formation de Montpellier, Biarritz, Clermont ou encore Lyon. « C’est notre rôle de les laisser tutoyer le haut niveau, poursuit Éric Berdeu. Il faut qu’ils tentent leur chance, s’ils le peuvent, à 16 ou 17 ans. Et si cela ne marche pas, j’espère qu’ils reviendront nous aider. » De l’aide, l’équipe aura besoin pour la phase retour en 2017. Déjà elle espère que la trêve ne va pas couper la bonne dynamique des dernières semaines. Ensuite, elle devra compter avec un calendrier compliqué avec les réceptions des équipes du haut du classement et des déplacements chez ses adversaires pour le maintien.

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?