• Lézignan XIII, gagnons sous la pluie
    Lézignan XIII, gagnons sous la pluie
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Lézignan XIII, gagnons sous la pluie

Dans des conditions climatiques à la limite du praticable, le FCL a remporté le derby audois.

C’était une affiche qui avait de la couleur, du coffre, de l’énergie. Une opposition entre le leader et son dauphin, cela valait vraiment le déplacement. Or, il y a eu une invitée surprise, la pluie, qui a transformé l’enceinte du Moulin en véritable pataugeoire, voire en une rizière. Et pourtant, dans des conditions de jeu très difficile, les deux équipes ont rendu une copie correcte et proposé un jeu de qualité avec six essais et une dose de suspense. Dans son antre, Lézignan a conforté son invincibilité à domicile ainsi que sa première place au classement. Un succès décroché au forceps et dans la douleur à la faveur d’une réalisation de l’excellent Cyril Stacul qui a fait pencher la balance à un quart d’heure du terme (16-14).

Carcassonne frustré

Une victoire méritée selon, l’ouvreur lézignanais, Antony Carrère : « Nous avons souffert. Mais la pluie battante et l’état du terrain ont nivelé les valeurs. Nous n’avons pas réussi à imposer le jeu que nous voulons mettre en place. Ces conditions climatiques ont vraiment favorisé Carcassonne. Sur terrain sec, je pense que nous aurions été plus performants. L’essentiel est d’avoir remporté le match. Nous sommes premiers. Nous n’allons pas bouder notre plaisir. Maintenant, nous allons préparer le match à Saint-Gaudens, ce qui ne sera pas du tout une partie de plaisir. »

Si dans le vestiaire lézignanais, la joie était bien légitime. En revanche, du côté de Carcassonne, le manager Jean-François Albert était légitimement frustré. « Je pense que cet après-midi, ce n’est pas Lézignan qui a gagné, c’est Carcassonne qui a perdu. Nous avons bien négocié ce match. Et malheureusement, il nous échappe. En un mot, nous sommes frustrés. »

Il est vrai que ce derby XXL a basculé sur des détails. Ainsi, Maxime Grésèque, l’excellent buteur de l’ASC, a manqué deux transformations face aux poteaux. Dans la piscine lézignanaise, la gâchette carcassonnaise n’a pas trouvé ses appuis. « On ne peut pas en vouloir à Maxime. Rappelons que contre Limoux, il nous a offert la victoire par un drop à la dernière minute. Un buteur peut avoir un jour sans », renchérit Jean-François Albert. Dans le camp audois, on ruminait particulièrement sur la décision prise par le directeur de jeu, Mohamed Drizza, à la 65e minute de jeu lorsqu’il a validé l’essai de Cyril Stacul qui a fait pencher la balance. « Non seulement Stacul est hors-jeu mais le ballon est en dehors du terrain. Honnêtement, cet essai n’est pas valable. Les trois directeurs l’ont validé. La victoire penche pour Lézignan sur une erreur d’arbitrage. »

Désormais, Carcassonne songe à la réception d’Avignon samedi prochain. Un rendez-vous que les joueurs de la cité souhaitaient concrétiser par une victoire de façon à conforter leur deuxième place au classement. Sur le long terme, il n’est pas exclu que les deux formations se retrouvent au printemps. Cette fois, les conditions de jeu ne seront pas les mêmes car hier après-midi, au Moulin, c’était davantage du water-polo que du rugby à XIII !

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir